RMC

Le nucléaire n'a pas tué une seule personne en France: François-Xavier Bellamy pousse pour cette énergie stratégique

L'Union européenne tente de labeliser l'énergie nucléaire en tant qu'énergie "verte" pour favoriser les investissements et assurer un objectif de neutralité carbone d'ici 2050.

Le nucléaire, nouvel eldorado vert? L'Union européenne a dévoilé un projet de labellisation verte très attendu pour les centrales nucléaires et à gaz, qui vise à faciliter le financement d'installations contribuant à lutter contre le changement climatique.

Bruxelles mise sur une assimilation du nucléaire en tant qu'énergie "verte", pour baisser les statistiques des émissions de gaz à effet de serre, avec en ligne de mire l'objectif de neutralité carbone de l'UE en 2050. Faire partie de cette classification permet une réduction des coûts de financement, cruciale pour les projets concernés et les Etats voulant les soutenir.

Certaines associations écologistes bondissent, arguant du fait qu'on n'a toujours pas réglé la question du traitement "propre" des déchets nucléaires. Des écologistes s'opposent également à la reconnaissance des centrales à gaz (qui émettent du CO2). Cette mesure est loin d'être adoptée d'ailleurs car un petit groupe de pays dont l'Autriche et le Luxembourg, menés par l'Allemagne, a même bataillé pour exclure le nucléaire de ce projet.

>>> Retrouvez ici tous les podcasts des Grandes Gueules

"Ce n’est pas une révolution, c’est la simple évidence"

François-Xavier Bellamy, député européen et tête de liste Les Républicains aux dernières européennes, estime que le nucléaire est bel est bien l'énergie de l'avenir.

"C’est une décision encore insuffisante, mais qui va dans le bon sens et qu’on attendait depuis longtemps, souligne-t-il ce mardi dans "Les Grandes Gueules" sur RMC et RMC Story. Ce n’est pas une révolution, c’est la simple évidence. Si on parle d’urgence climatique, si on considère que le plus important, c’est de faire baisser nos émissions de carbone, alors on ne peut pas se priver de ce qui produit une énergie décarbonée, quand on sait en plus qu’on va avoir de plus en plus besoin d’électricité."

"Il nous faut des décisions de long terme, ajoute François-Xavier Bellamy. La règlementation européenne qu’on voit arriver nous dit que le nucléaire est une énergie de transition. Donc on n’y voit pas à long terme. Moi, je crois que nous devons dire que le nucléaire est une énergie stratégique."

"Le risque nucléaire est pris en compte"

Reste quand même la question du danger suscité par l'énergie nucléaire. "Le risque nucléaire existe, reconnait le député européen. Il est d'ailleurs pris en compte. Vous avez, dans la filière française, une exigence d'excellence. A Flamanville, si les travaux sont si complexes, c'est pour garantir que le risque soit maîtrisé. Mais à ce jour, le nucléaire n'a pas tué une seule personne en France. En revanche, chaque année dans notre pays et dans d'autres pays européens, il y a des milliers de personnes qui meurent du charbon, de la pollution au charbon. L'Allemagne, qui fait le choix de sortir du nucléaire, elle rouvre des mines de charbon à ciel ouvert, et nous en subissons aussi les conséquences. Le danger est là."

Pour la construction de nouvelles centrales atomiques, les projets devront avoir obtenu un permis de construire avant 2045. Concernant les travaux permettant de prolonger la durée de vie des centrales existantes, ils devront avoir été autorisés avant 2040. Des garanties en matière de traitement des déchets et de démantèlement des installations nucléaires en fin de vie sont également exigées.

>>> A LIRE AUSSI - Le nucléaire bientôt labellisé énergie "verte"? Ce qu'il faut savoir sur le projet de l'Union européenne

La rédaction