RMC

Les Français invités à dénoncer les points de deal en ligne: "Encore un gadget si derrière il n'y a pas de condamnations"

Les Grandes Gueules ont réagi ce jeudi à l'ouverture de la plateforme officielle de l'Etat pour dénoncer les points de deal en France.

Gérald Darmanin a annoncé l'ouverture d'une plateforme permettant à chacun de signaler à la police et à la gendarmerie les points de deal près de chez lui. Depuis ce mercredi, chaque citoyen peut faire ce signalement sur "moncommissariat.fr" et en zone gendarmerie sur "ma brigade numérique". Les signalements seront ensuite transmis aux policiers et gendarmes concernés.

Lors de sa conférence de presse mensuelle, le ministre de l'Intérieur a expliqué que depuis janvier, il y avait eu "301 points de deal harcelés" (démantelés, ndlr) par la police ou la gendarmerie. "98 opérations ont été menées dans le seul département des Bouches-du-Rhône.

Au 1er décembre dernier, les services du ministère ont cartographié 3.952 points de deal sur le territoire national.

S'agissant de l'amende forfaire de 200 euros pour usage de drogue, Gérald Darmanin a cité le chiffre de 44.124 infractions relevées entre le 1er septembre 2020 et le 28 février 2021 dont 3.978 dans les Bouches-du-Rhône, 3.744 en Seine-Saint-Denis et 1.893 dans le Nord.

L'avis des GG

Maxime Lledo (étudiant): "On est chez les barges. Il y a un sujet aujourd'hui sur le fait que la délation devienne une norme? Les points signalés sont des points connus. On va inciter les citoyens à dénoncer les points. Ce serait donc les citoyens qui se mettent en danger contrairement au renseignements ou aux policiers? Impliquer le citoyen le met en danger, pour du travail que la police ne veut plus faire."

Marie-Anne Soubré (avocate): "J'adore ce pays dans lequel on ne met pas un rond dans la police et on dit tiens, je vais inventer la vigilance citoyenne. C'est un pansement sur une jambe de bois."

Johnny Blanc (fromager): "Pourquoi pas... et pourquoi faire ? Ca sert à quoi d'aller chercher les gens sur les points si c'est pour ne pas les condamner derrière? Si derrière il n'y a pas de condamnation ça ne sert à rien."

Olivier Truchot: "Si c'est encore un gadget... Si derrière il ne se passe rien, l'effet sera désastreux."

J.A. et AFP