RMC

Les fruits et légumes bio 44% plus chers en moyenne: "Payer plus cher notre nourriture, c'est le sens de l'histoire"

Une étude de l'association de consommateurs CLCV révélée par Le Parisien montre que le bio reste nettement plus cher que le conventionnel. Dans Les Grandes Gueules, Isabelle Saporta ne regrette pas cet écart s'il faut passer par là pour rémunérer au juste prix les agriculteurs.

Le bio est-il trop cher pour ce qu'il c'est ? Le Parisien révèle ce lundi une étude de l'association de consommateurs CLCV (Consommation, logement et cadre de vie). Après avoir passé crible les prix de sept fruits et légumes consommés fréquemment en France, l'association montre qu'en moyenne ils sont 44% plus cher que ceux produits au travers d'une agriculture non-bio.

Le juste prix ? "C'est normal que le bio soit plus cher", reconnaît une responsable de l'association au regard des coûts de production. L'étude illustre plutôt l'opacité de ce qui cause cet écart de prix.

>>> A LIRE AUSSI - Fruits et légumes: pourquoi les circuits courts et la vente directe ont la cote

Des surcoûts liés notamment aux ... emballages

"Le problème, c'est surtout de ne pas savoir ce qui se cache derrière ce prix. Il y a un tel un manque de transparence que le consommateur a du mal à comprendre quel est le vrai prix du bio", explique Lisa Faulet de la CLCV au Parisien.

Par exemple, le prix de la tomate ronde classique est en moyenne de +70% pour la tomate bio, on observe du côté de la banane +20% sur le prix du bio.

Pour justifier le prix, les distributeurs évoquent le coût ... des emballages, qui sont obligatoires pour distinguer les produits bio des conventionnels. Des emballages qui causent plus de déchets avec mathématiquement des répercussions sur l'environnement.

L'avis des GG: "Il faut que les Français comprennent que pour manger mieux, il faut dépenser un peu plus et en moins grande quantité"

Isabelle Saporta (éditrice): Il y a des choses pas très claires. Des enquêtes de l'UFC montraient que les marges des grands groupes étaient inouïes, la CLCV a l'air moins sûre d'elle sur ce coup. Sur l'emballage, acheter bio pour avoir un truc suremballé avec du plastique il y a de quoi se tirer une balle. C'est le truc le plus idiot qui soit

Mais qu'on paye plus cher notre nourriture, ça va dans le sens de l'histoire. Notre agriculteur des GG Didier Giraud le dirait mieux que moi, mais je n'arrive pas à me satisfaire qu'un tiers des agriculteurs gagnent moins de 350 euros par mois. Ca coûte plus cher de produire car tu n'utilise pas des produits chimiques.

La nourriture industrielle est moins chère car on ne paye pas les dommages collatéraux de l'agriculture industrielle. L'antibiorésistance est payée par nous tous avec notre sécurité sociale. L'antibiorésistance sera le fléau de l'avenir. La dépollution de l'eau, c'est aussi nous qui la payons.

Barbara Lefèvre (enseignante): "La question c'est, quelle qualité de nourriture tu veux pour quelle qualité de vie? Tu peux décider de manger tous les jours de la viande surgelée en croyant que tu donnes de la viande tous les jours à tes enfants. Je suis optimiste car en 2019, 90% déclarent manger plus de bio. Ca ne cesse d'augmenter, avec le confinement les magasins bio ont été bien plus fréquentés. C'est la voie de l'avenir pour nos paysans. Il faut que les Français comprennent que pour manger mieux, il faut dépenser un peu plus et en moins grande quantité.

Charles Consigny (avocat): "J'achète extrêmement rarement des fruits et légumes. Je vais chez les primeurs. Bio ou pas bio ils nous permettent d'avoir accès à des choses délicieuses, c'est plus ça qui m'intéresse que la question du bio ou pas bio."

J.A.