RMC

Levothyrox: selon Anny Duperey, "personne ne cherche ce qu'il s'est passé"

Dans son livre Les Résistantes, la journaliste Florence Méréo relate le combat mené par des lanceuses d'alerte dans le milieu médical. La journaliste et l'actrice Anny Duperey, lanceuse d'alerte sur le Levothyrox, étaient les invitées des GG ce mercredi.

Dans son livre Les Résistantes, la journaliste Florence Méréo revient sur les combats menés dans le milieu médical par des femmes. Dépakine, Levothyrox, alcool, prothèses PIP, ces femmes ont lancé l'alerte sans être entendues, puis ont combattu pour mobiliser l'opinion.

Ce mercredi, l'actrice Anny Duperey est revenue sur son combat contre la nouvelle formule du Levothyrox mise sur le marché français fin mars 2017, qui a entraîné de graves effets secondaires chez des malades de la thyroïde.

"Des milliers à avoir des effets secondaires qu'on ne comprenait pas"

"On était des milliers à avoir des effets secondaires qu'on ne comprenait pas. Elle a lancé une pétition. On m'a dit qu'il y avait un excipient changé dans la nouvelle formule. Au début, on n'y prête pas attention. Et puis on se met à avoir des problèmes de vertige, de crampes, de douleurs. On ne comprend pas. Avec cette pétition, on a été pas mal à comprendre que tout ce qu'on ressentait de bizarre, c'était les effets secondaires de cette pilule", a raconté Anny Duperey sur RMC.

"Personne ne cherche ce qu'il s'est passé. Mme Buzyn elle-même a avoué que devant le déferlement des signalements d'effets secondaires qu'il y avait une "inconnue scientifique". Pourquoi on ne la cherche pas? On a préféré inventer des choses, des grands profs ont même inventé l'effet "nocebo" –effets indésirables psychologiques, ndlr-. On revient à l'hystérie du Moyen-Age", s'est insurgé Anny Duperey.

A partir d'octobre 2017, des alternatives au Levothyrox ont été rendues disponibles.

P.B.