RMC

"Nos services d'urgence tournent à 30%": le président des hôpitaux privés déplore un "problème de collaboration" avec le public

Le président de la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) Lamine Gharbi était l’invité du "Grand Oral" des "Grandes Gueules" ce lundi 23 mars. Pour lui, les hôpitaux privés ne sont pas utilisés au maximum de leurs capacités dans cette lutte contre le coronavirus.

Personnels hospitaliers, respirateurs, capacité d’accueil… Les hôpitaux sont sous tension face à l’afflux de malades du coronavirus. Pourtant, il semble que tous les hôpitaux ne soient pas concernés par cette saturation des services d’urgence et de réanimation.

"Nous avions 70 lits de réanimation, mais ça n’a pas été mobilisé avant le stade 3"

Pour Lamine Gharbi, le président de la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP), la collaboration entre le public et le privé pour la gestion des patients a mis du temps à se mettre en place.

"Depuis le stade 3, nous sommes en première ligne. Au départ, il y avait 138 hôpitaux de référence. Dès qu’il y avait dans nos services d’urgence un malade suspecté de Covid, il était transféré à l’hôpital pour être testé. Maintenant, on en récupère et on les soigne. Mais on constate sur le terrain qu’on n’en récupère pas assez".

Et de poursuivre: "C’est peut-être un problème de discussion et de collaboration entre le public et le privé. Dans le Grand Est, qui a été le cas révélateur pour l’ensemble de la profession, nous avions 70 lits de réanimation, mais ça n’a pas été mobilisé avant le stade 3. Le temps de recevoir les masques et les sur-blouses, il y a eu quelques jours de difficultés".

"Nos chirurgiens, nos anesthésistes, sont disponibles"

Une situation qui certes, s’est améliorée depuis l’instauration du stade 3, mais qui pourtant, n’utilise toujours pas à son maximum, les capacités d’accueil des hôpitaux privés: "Aujourd’hui, nos services d’urgence tournent à 30%. Nos chirurgiens, nos anesthésistes, qui ont déprogrammé les malades en bloc opératoire, sont disponibles. L’ensemble de la filière soit, 800 hôpitaux sur l’ensemble du territoire, sont mobilisés et la main d’œuvre médicale et soignante est totalement disponible".

Cette disponibilité du personnel soignant, est aussi mise à profit pour permettre aux patients soupçonnés de Covid, de se faire tester: "Vous pouvez venir, nous sommes prêts dans nos services d’urgence, nous sommes équipés".

Les Grandes Gueules (avec C.P.)