RMC

"On est dans les pires scénarios de science-fiction", selon Mathieu Kassovitz

Mathieu Kassovitz était dans Les Grandes Gueules ce jeudi sur RMC et semble peu optimiste pour notre avenir proche.

Le monde d'après ne lui inspire que très peu de choses positives. L'acteur-réalisateur Mathieu Kassovitz est venu dans Les Grandes Gueules ce jeudi sur RMC donner son point de vue sur la situation inédite que l'on vit. Un confinement qu'il confie vivre "très bien" au contact de sa famille. "Je le vis très bien, les acteurs ont cette chance de travailler très peu et de rester chez eux souvent. Pouvoir bloquer sa fille de 18 ans avec son père c’est très rare et j’en ai profité !"

Concernant la perspective du 11 mai et d'un retour progressif à l'activité dans le pays, l'acteur estime que certains secteurs du monde culturel pourront rouvrir plus vite que d'autres mais reste globalement confiant pour la reprise des tournages.

"C’est surtout les salles de spectacle qui vont avoir du mal à reprendre. Mais je pense que le cinéma va reprendre assez vite, on ne peut pas empêcher… Ca y est on a fait tout le travail pour que les hôpitaux ne soient pas engorgés, que tout soit préparé en cas de deuxième vague..."

"Je suis outré du comportement des assurances"

En revanche, il estime qu'il faut que les assureurs jouent leur rôle pour aider à la relance de secteur culturel et du pays en général.

"Je suis outré du comportement des assurances car ça fait des décennies et des décennies qu’on les paye pour éviter les catastrophes, qui sont très rares. Et qu’ils ont engrangé des milliards sur un travail qu’il n’ont pas fait. Quand les catastrophes c’est là qu’ils doivent être là, être solidaires, et ils ne le sont pas. Tout comme les banques…"

"On est dans les trucs les plus absurdes qu’on pouvait imaginer"

Pour l'avenir de l'humain en général, Mathieu Kassovitz est très peu optimiste et estime que le monde va devenir de plus en plus violent.

"Je suis optimiste pour les 10.000 prochaines années, mais je pense que nos générations vont vivre à travers des drames et des changements de paradigmes assez violents en espérant qu’on apprenne de nos erreurs, mais je pense que ça va être de plus en plus violent.
On rentre dans quelque chose de difficile. On est dans les pires scénarios de films de science-fiction et des romans, on est dans les trucs les plus absurdes qu’on pouvait imaginer. Tout ce qu’on voyait dans les films de catastrophe en se disant: ‘C’est incroyable si ça arrive’, on est en plein dedans. La machine est lancée je ne pense pas qu’on puisse l’arrêter."

Sur le succès de la série Le bureau des légendes pendant le confinement

"Magnifique timing on n’aurait pas pu rêver mieux en promo. Mais ce qui est bien c’est qu’on parle de ce qu’il se passe derrière le rideau de la société, de ce qu’on voit aux infos. On est en droit de se demander comment le monde fonctionne. Ce qui est curieux c’est qu’elle n’est pas si anxiogène que ça cette série, car le fait de pouvoir avoir un aperçu des coulisses permet de comprendre un peu plus peut-être et d’approcher les choses différemment. Si ça avait été anxiogène on n’aurait pas eu le même succès.

(Sur un retour de la série) Malotru reviendra si vous voulez qu’il revienne, vous avez compris comment ça fonctionne. C’est vous qui devez sortir dans la rue et crier ‘Malotru’. Criez mon nom et je reviendrai!"

J.A.