RMC

On est un mouvement de désobéissance contre ce pass sanitaire: ces restaurateurs du Tarn-et-Garonne ont créé une zone libre

DOCUMENT RMC - Ils ont collé des affiches sur leurs établissements pour spécifier aux clients qu'ils ne contrôlent pas le pass sanitaire.

Des affichettes et un logo vert avec écrit “zone libre”. C’est ce qu’on peut trouver sur certains commerces de la commune de Saint-Antonin-Noble-Val dans le Tarn-et-Garonne. 

"Notre clientèle ne subira aucun contrôle"

La présence de cette affiche signifie que dans ce commerce, on ne veut pas contrôler le pass sanitaire.

“On a fait des réunions entre restaurateurs, on a échangé et on a statué sur l’expression ‘zone libre’ pour signifier à notre clientèle qu’elle ne subira aucun contrôle lorsqu’elle viendra dans nos établissements. 
On a publié un communiqué par la suite pour bien préciser que nous, c’est un mouvement de désobéissance contre ce pass sanitaire. Il n’y a aucune autre polémique”, assure Sébastien, un des fondateurs de la "zone libre".

"Ca pollue votre discours"

Mais le mot “zone libre” dérange. C’est notamment le cas de David Dickens qui l’a fait savoir sur le plateau des Grandes Gueules.

>> A LIRE AUSSI - "J'assume d'être hors-la-loi": ce patron veut imposer le pass sanitaire à ses salariés, pourtant non-concernés

“Quand vous utilisez ce champ lexical là qui renvoie quand même à une époque de notre histoire commune qui grave avec des populations qui ont dû se déplacer en zone libre parce qu’elles risquaient leurs vies si elles restaient en zone occupée. C’est ça la zone libre. Donc je respecte vos convictions, parce qu’en France, on a le droit d’avoir les idées qu’on veut. Par contre, mon respect s’arrête à ce champ lexical que vous utilisez les uns et les autres: dictature, zone libre, collabos. Je trouve que ça pollue tout votre discours”, indique-t-il.

Selon France Bleu, les forces de l'ordre ont fait plusieurs contrôles depuis début août dans ces restaurants qui refusent de contrôler le pass sanitaire. Un a même été fermé administrativement jusqu’au 10 septembre.

Guillaume Descours