RMC

"On ne peut pas nous empêcher de travailler": un restaurateur de Salon-de-Provence refuse de fermer son restaurant

Il dénonce la décision du gouvernement de faire fermer les restaurants à Marseille et dans sa région.

Il l’assume, il ne fermera pas son restaurant malgré le risque de verbalisation. Henri Roveccio, restaurateur de Salon-de-Provence, ne digère pas l’annonce de la fermeture des restaurants à Marseille et la région à cause de la hausse du nombre de cas de coronavirus. L'annonce du gouvernement faite mercredi soir par le Premier ministre Jean Castex, a provoqué un fort sentiment d’injustice et de colère du côté des professionnels du secteur et aussi chez les élus locaux. 

Pour Henri Roveccio, cette mesure est profondément injuste. 

“On a joué le jeu pendant le confinement qui a été national. Mais je crois qu'on perd de vue qu'on a eu aucune exonération de charges. Toutes nos charges, qui ont été reportées, vont être régularisées au troisième trimestre. On ne peut pas nous empêcher de travailler, pour qu'on puisse s'acquitter de nos charges. On fait parti de la métropole Aix-Marseille, donc on est concerné, mais rien n’est clair. Depuis deux jours, on navigue à vue”, explique-t-il. 

"On ne peut pas empêcher les gens de travailler"

Il demande des mesures moins générales notamment pour ceux qui respectent les règles. 

“Moi, j’aimerais qu’on fasse du cas par cas. Depuis qu’on a repris notre activité, on a eu le temps de mettre en place des mesures, des contrôles. Donc si on tape sur ceux qui ne respectent pas les normes sanitaires, pourquoi pas, mais on ne peut pas empêcher les gens qui comme moi ont respecté les normes, ont investi dans du matériel de travailler. Il faut lancer une vague de contrôle et deux qui ne respectent pas les mesures, à ce moment-là, on les laisse fermer”, plaide-t-il. 

Lui l’assure, il ne fermera pas ses portes. “Je vais prendre le risque de ne pas fermer et d’être sanctionné”, appuie-t-il. À voir si à Salon-de-Provence, la police se montrera aussi clémente qu’à Marseille. En effet, “La police municipale ne verbalisera pas les restaurants et bars ouverts", a annoncé ce vendredi matin sur BFMTV Samia Ghali, deuxième adjointe à la maire de Marseille.

Guillaume Descours