RMC

Parachutage d'Agnès Saal: "On est dans le même monde tout aussi pourri"

Condamnée il y a peu à trois mois de prison avec sursis après des révélations sur des frais de taxis excessifs et indus (près de 50 000 euros), Agnès Saal a été cette semaine nommée à un poste prestigieux auprès du ministère de la Culture.

Une nomination controversée. L'ex-patronne de l'Institut national de l'audiovisuel (Ina) Agnès Saal, qui avait été suspendue pour des frais de taxis indus, a été nommée haut fonctionnaire à l'égalité, la diversité et la prévention des discriminations auprès du secrétaire général du ministère de la Culture cette semaine.

Directrice générale du centre Pompidou de 2007 à 2014, puis présidente de l'Ina de mai 2014 à avril 2015, elle avait dû démissionner après des révélations sur ses dépenses excessives en taxis (près de 24.000 euros à l'Ina et près de 24.000 euros au Centre Georges-Pompidou). Une affaire qui lui a valu 6 mois de suspension sans solde et une condamnation à trois mois de prison avec sursis et une double amende.

"Quand vous voulez balayer les rues de Paris on vérifie votre casier judiciaire..."

Les Grandes Gueules sont revenues sur cette nomination et s'accordent à dire qu'elle ne méritait pas une promotion après une telle affaire. "Elle aurait dû être virée purement et simplement. Ca me choque je trouve ça scandaleux", lance Jacques Maillot.

Une nouvelle GG, Rose Ameziane, directrice de centre de formation, regrette de son côté le décalage entre les discours d'exemplarité d'Emmanuel Macron et cette nomination qui ressemble à du copinage.

"Moi ça m'énerve profondément, Emmanuel Macron nous avait promis un nouveau monde, on s'aperçoit qu'on est dans le même monde tout aussi pourri. Ca me choque. Quand vous voulez balayer les rues de Paris on vérifie votre casier judiciaire. Quand vous voulez être haut fonctionnaire vous avez le droit d'en avoir un et ça c'est profondément choquant. Quelle que soit votre écurie on vous reclasse quand on fait partie de cette caste là et ça ça me gêne profondément. Quel mépris pour la discrimination la diversité et les inégalités. Ils méritent mieux."
J.A. avec les GG