RMC

Permanences de parlementaires dégradées: "Certains élus votent pour ne pas se faire embêter", estime le député Jean-Baptiste Moreau

Après le vote sur le CETA, plusieurs permanences de députés de la majorité ont été dégradées. C'est le cas de celle de Jean-Baptiste Moreau qui a vu son local muré par des agriculteurs.

Violences en série. Plusieurs permanences de députés de la majorité ont été vandalisées après le vote sur le CETA. À Perpignan, c’est la permanence de Romain Grau qui a vu sa vitre brisée lors d’une manifestation de gilets jaunes. Depuis le vote, au moins sept permanences d’élus de la majorité ont été dégradée, notamment celle de Jean-Baptiste Moreau, député de la Creuse et agriculteur.

Une violence qu’il a dénoncé ce lundi sur RMC, évoquant "des actes inadmissibles". Le député a également estimé que certains autres élus votaient désormais en fonction des pressions qu’ils recevaient: "Quelle démocratie veut-on ? Est-ce qu’on veut des élus qui votent en fonction des pressions qu’ils reçoivent par les différents corps de métier ou qui votent en leur âme et conscience en fonction des textes de lois qu’ils étudient".

La France insoumise sur le banc des accusés

"Je n’exclut pas qu’aujourd’hui, il y a un certain nombre de collègues qui votent pour ne pas se faire embêter dans la permanence derrière. Je suis très inquiet pour le fonctionnement de notre démocratie", a-t-il assuré sur le plateau des Grandes Gueules.

Pour le député, La France Insoumise a une grosse part de responsabilité dans ce climat délétère. "La France Insoumise qui envoient sur les réseaux sociaux des cartographies avec les visages de ceux qui ont bien ou mal voté, c’est assez révélateur de leur conception de la démocratie", a accusé Jean-Baptiste Moreau.

9 députés LaREM votent contre le CETA

"La démocratie c’est de confronter des points de vues et d’en discuter", a-t-il ajouté, estimant que le murage de sa permanence par des agriculteurs n’était "pas d’une violence inouïe".

Lors du vote pour le CETA, l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Europe portant notamment sur la filière bovine et très controversé, 52 députés de la majorité se sont abstenus et 9 ont voté contre.

Guillaume Dussourt