RMC

Régionales: "Face au RN, on a une gauche mutique et une droite hystérique", tacle Gabriel Attal

Le porte-parole du gouvernement assure que LREM est le premier rempart au RN et explique qu'ils "chercheront à empêcher le RN d'être élu" au second tour lors des régionales à venir.

Le RN va-t-il arriver à la tête de certaines régions? A dix jours du premier tour des élections régionales, plusieurs sondages confirment une poussée du Rassemblement national qui arriverait en tête dans six régions, même si les alliances et les désistements au second tour pourraient l'empêcher de s'imposer comme en 2015.

En Paca par exemple, le candidat RN Thierry Mariani vire en tête au premier tour avec 41% des voix devant le LR Renaud Muselier (34%), et est donné vainqueur au second tour "dans tous les cas de figure", indique un sondage de l'institut Ipos Sopra Steria pour France 3.

"La République en marche est sans doute le parti politique qui combat le plus le Rassemblement National"

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement et invité des Grandes Gueules ce jeudi a tenté de justifier pourquoi La République en marche, le parti d'Emmanuel Macron peine à s'imposer des élections locales.

"On est un nouveau parti créé en 2016. Ca met du temps pour s'implanter au niveau local. (...) Avec les listes LREM on veut faire de la relance une priorité au niveau régional. Chaque voix pour LREM est une voix pour la relance économique."

"On cherchera à empêcher, au deuxième tour, le Rassemblement national d'être élu à la tête d'une région"

Le RN confirme sa poussée de ces dix dernières années, mais le porte-parole du gouvernement estime que son parti est le meilleur barrage au RN.

"La République en marche est sans doute le parti politique qui combat le plus le Rassemblement National. Face au Rassemblement National, on a une gauche mutique et une droite hystérique. Nous on les combat en permanence. On sera toujours dans ce combat."

Le fameux "front républicain" sera-t-il mis en place? "D'une manière générale, on cherchera à empêcher, au deuxième tour, le Rassemblement national d'être élu à la tête d'une région."

J.A.