RMC

Selon le contexte, le fait qu’un policier soit violent n’est intrinsèquement pas illégal

-

- - -

La diffusion d'une vidéo polémique où l'on voit un policier frapper un homme vêtu de noir lors de la manifestation de samedi dernier a provoqué une vive dispute entre deux Grandes Gueules: Anasse Kazib et Gilles-William Goldnadel.

La vidéo a créé une polémique sur les réseaux sociaux. Lors de la manifestation des gilets jaunes de samedi dernier, on y voit un homme vêtu de noir s’approcher vers un policier pour lui baisser son arme en lui indiquant avec un geste de la main qu’il n’a pas le droit de pointer son arme tendue vers la foule. Sauf que le policier, semblant surpris, a répliqué en lui adressant un coup de poing.

"Le type est habillé comme un black bloc"

"Ils vont nous faire regretter Benalla ces gens-là", sort ironiquement Anasse Kazib qui rejette la faute sur le policier. "La police a l’exclusivité de la violence légitime de l’État, lui réplique Gilles-William Goldnadel. Le type est habillé comme un black bloc, il vient au contact, il touche l’arme du policier et s’en mange une. Je vous avoue que ça ne me plonge pas dans une compassion exceptionnelle".

"C'est illégal d'être habillé en noir ?"

"Faut demander aux boutiques de vêtement d’arrêter de vendre des sweats noirs. Mais est-ce que c’est illégal d’être habillé en noir dans ce pays ?", s’interroge un brin agacé Anasse Kazib.

"Et bien disons que dans le cadre d’une manifestation où on sait que les black blocs ont été extrêmement menaçants, il devient extrêmement suspect alors qu’il va au contact du policier pour lui baisser son arme ! Une fois de plus, je constate que les gens d’extrême gauche sont très complaisants avec les groupes d’extrême gauche…"

Les Grandes Gueules (avec Maxime Trouleau)