RMC

Trop d'hommes autour d'Emmanuel Macron? "Monsieur le Président, vous ne donnez pas l'exemple" tacle une ministre

La ministre déléguée chargée de l'Egalité femmes-hommes, Elisabeth Moreno, a expliqué dimanche avoir fait noter au chef de l'Etat qu'il n'est pas assez entouré de femmes.

Trop d'hommes parmi les proches du président de la République? La ministre déléguée chargée de l'Egalité femmes-hommes, Elisabeth Moreno, a indiqué qu'elle avait reproché à Emmanuel Macron de ne pas donner "l'exemple" en n'ayant à ses côtés qu'une seule femme parmi ses plus proches conseillers, dimanche lors du Grand jury RTL - LCI - Le Figaro.

La liste du premier cercle des membres du cabinet du président de la République, consultable sur le site de l'Elysée, compte 13 noms, 12 hommes et 1 femme, la cheffe de cabinet adjointe Cécile Geneste.

>> A LIRE AUSSI - Caroline de Haas dénonce sur RMC: "Quand on voit comme la Justice nous crache à la figure quand on est victime de viol..."

"Ca ne va pas assez vite, il faut qu'on aille beaucoup plus loin"

Comme on lui demandait, en citant ces chiffres, si les dirigeants politiques ne devaient pas être exemplaires sur ce sujet, Elisabeth Moreno a répondu: "Bah oui. Si on prêche quelque chose d'aussi important, il faut donner l'exemple, et nous en avons discuté".

"Je lui ai dit: 'Monsieur le Président, vous ne donnez pas l'exemple'", a-t-elle ajouté, précisant dans un sourire qu'elle préférait garder la réponse d'Emmanuel Macron pour elle.
Mais "est-ce que vous avez vu, au-delà de Valéry Giscard d'Estaing, un président sous la Ve République qui se soit saisi de cette question de l'égalité entre les femmes et les hommes avec autant de force et de vigueur qu'Emmanuel Macron ?", a tenu à souligner la ministre, rappelant qu'il avait fait de ce dossier une grande cause de son quinquennat.

"Est-ce que vous avez vu un gouvernement aussi paritaire que celui-ci ? 51% de femmes", a-t-elle poursuivi, citant celles qui occupent des "postes stratégiques", comme Florence Parly (Armées), Barbara Pompili (Transition écologique), Roselyne Bachelot (Culture) et Elisabeth Borne (Travail).

Plus largement, "dans notre pays, on peine à donner de la place aux femmes", a-t-elle relevé. "Ca ne va pas assez vite, il faut qu'on aille beaucoup plus loin", a-t-elle encore estimé.

L'avis des GG

Etienne Liébig (éducateur): "Ce n'est pas une question de faire de la place aux femmes. C'est incroyable qu'un politique n'ait pas de femmes conseiller car les femmes vont apporter des choses que les autres ne vont pas apporter. On voit bien en ce moment en crise sanitaire. C'est plus sur l'apport que sur le fait de laisser la place aux femmes. C'est une connerie, une erreur politique de ne s'entourer que d'hommes. (...) Je pense qu'il vit dans une bulle d'hommes qui lui ressemblent."

Joëlle Dago-Serry (coach de vie): "Les gens ne comprennent pas ce qu'est la mixité. De prendre des décisions avec un autre point de vue. Les femmes se mettent beaucoup de pression et cherchent toujours de la légitimité par rapport à ce que les hommes peuvent faire. Je suis partisane de la méritocratie, mais l'expérience de la vie des femmes et des hommes est différente."

J.A. et AFP