RMC

"Tu es dans la caricature du patron!": vif échange entre Mourad Boudjellal et Anasse Kazib

Les deux hommes se sont notamment affrontés verbalement sur la question de la retraite des cheminots.

L’âge du départ à la retraite est, en France, un sujet tabou. Dès qu’il est abordé, il provoque des émulations. En témoigne cet échange dans les Grandes Gueules entre Anasse Kazib, cheminot à la SNCF et Mourad Boudjellal, président du Racing Club de Toulon. 

Le ton est monté ce jeudi entre les deux hommes alors que le sujet des retraites était abordé sur le plateau. Anasse a affirmé que les privilèges des cheminots quant au départ à la retraite n’existaient plus, il a précisé que ceux qui finissaient leur décote cette année partiraient à la retraite à 58 ans et indiquant que pour lui, ce serait 64 ans. Il a également émis le souhait que le système de retraite des cheminots soit généralisé pour tous.

"Ce manque d’ambition me fait très peur"

Des propos qui ont eu le don d’agacer Mourad Boudjellal. 

"La chose que je trouve le plus grave à ton âge, c’est qu’aujourd’hui, tu puisses dire en direct ce que tu feras à 64 ans. Moi quand j’avais ton âge, la retraite, c’était de ne pas savoir ce que je ferais à 64 ans. Ce manque d’ambition me fait très peur", a-t-indiqué. 

Les deux hommes se sont alors tour à tour affrontés chacun avançant ses arguments. Mais pour Mourad Boujellal, Anasse est "dans la caricature du patron". "Ne confonds pas les salariés privilégiés qui sont des patrons d’entreprises du CAC 40, avec les entrepreneurs qui prennent des risques", affirme-t-il.

Guillaume Descours