RMC

Vaccin anti-Covid: "Avant la 3ème dose, il faudra regarder s'il y a une baisse des anticorps" prévient le Pr. Robert Sebbag

La Haute autorité de santé (HAS) a recommandé mardi une dose de rappel du vaccin contre le Covid à toutes les personnes de 65 ans et plus ainsi qu'à celles présentant des risques de formes graves.

Il y aura bien une troisième dose de vaccin pour les personnes les plus exposées au Covid-19. La Haute autorité de santé a rendu un avis en ce sens mardi. La campagne doit débuter dans tout juste une semaine pour les plus vulnérables, avant un élargissement progressif à tous les plus de 65 ans et les personnes à risque.

>> A LIRE AUSSI - Pour qui et pour quand: qui sont les 18 millions de Français concernés par la 3ème dose de vaccin anti-Covid?

Au total, ce sont près de 18 millions de personnes sont concernées par cette campagne de rappel. La HAS recommande "un délai d'au moins 6 mois" entre la primovaccination et cette dose de rappel.

Invité des "Grandes Gueules" de RMC, le professeur Robert Sebbag estime qu'il faut avant tout un examen sérologique préalable à cette dose de rappel.

"On a pas de notion réelle de la durée de l'immunité. La sérologie préalable nous permettra de savoir quel est le niveau d'anticorps. Il y a une donnée que nous ne connaissons pas encore, c’est l’importance de l’immunité cellulaire. Vous avez une immunité humorale, ce sont les anticorps neutralisants, qu’on connaît, qu’on sait doser. 
Mais l’immunité cellulaire, c’est beaucoup plus compliqué. Donc avant de lancer automatiquement une troisième dose, il faut regarder s’il y a une baisse des anticorps et si c’est le cas, on peut pratiquer la troisième dose”, affirme-t-il.

Un problème pour les autres pays?

Pour la HAS, "la priorité pour les prochaines semaines est de tout mettre en œuvre afin d'augmenter la couverture vaccinale, en particulier dans la classe d'âge des plus de 80 ans pour laquelle la couverture vaccinale complète reste insuffisante (79,9%)".

L'autorité propose de "simplifier le parcours vaccinal" des personnes concernées "en administrant le vaccin contre la grippe et celui contre la Covid de manière concomitante" à partir de fin octobre. La HAS recommande aussi une dose de rappel avec un vaccin ARNm pour les personnes qui ont eu le vaccin à dose unique Janssen et préconise ce rappel "à partir de 4 semaines après la première injection".

Mais Robert Sebbag met en garde, il ne faudra pas oublier les autres pays qui ont eux aussi besoin de vaccins. “On a un nombre de doses limité au niveau mondial et il faut penser aux autres pays, ça paraît extrêmement important”, appuie-t-il. 

Guillaume Descours