RMC

Valls candidat d'En Marche? "Il est tombé bien bas, c'est humiliant pour lui. Macron ne doit pas le prendre"

L'ancien Premier ministre PS Manuel Valls a annoncé mardi qu'il serait "candidat de la majorité présidentielle" aux élections législatives de juin, souhaitant s'"inscrire" dans le mouvement du président élu Emmanuel Macron. Une décision dézinguée par la Grande Gueule Marie-Anne Soubré.

"Je veux la réussite d'Emmanuel Macron, de sa majorité (...). Parce que je suis un républicain, parce que je reste un socialiste, je ne suis pas en embuscade. Donc, et j’invite tous les progressistes à le faire, je serai candidat de la majorité présidentielle, et souhaite m'inscrire dans son mouvement qu'est la République en Marche", a affirmé Manuel Valls, ce mardi sur RTL. S'il n'est pour l'heure pas encore investi par la commission nationale d'investiture du parti, l'annonce de l'ancien Premier ministre a fait l'effet d'une bombe sur la scène politique française.

"La vraie question n'est pas de savoir si Emmanuel Macron doit accepter Manuel Valls mais plutôt de savoir si celui-ci devait faire ce qu'il vient de faire. Et la réponse est non, critique ce mardi la Grande Gueule, Marie-Anne Soubré. Parce que, avec toute l'estime que l'on peut avoir pour cet homme-là, je pense que Manuel Valls porte en lui l'échec d'un gouvernement. Or, quand on a échoué, le mieux est peut-être de subir une petite traversée du désert. En tout cas, rester profil bas".

"Il a tiré une balle dans le dos de Hamon"

"Quand on a signé, en participant à une primaire, qu'on allait soutenir le candidat qui sortirait de cette primaire, la moindre chose était de se mettre ne retrait. En réalité, il a choisi, non pas de se mettre en retrait, mais de tirer dans le dos de Benoît Hamon, ce qui n'était pas très correct par rapport aux engagements qu'il avait pris", dézingue encore la GG.

"Il s'est ensuite lancé dans une course derrière Emmanuel Macron. Ce qui est assez gênant vu la stature de cet homme-là, poursuit-elle. Pour un homme d'Etat, un homme qui a été Premier ministre, je trouve qu'il est tombé bien bas. Ça me fait de la peine. C'est un peu humiliant pour lui. Et je me pose aussi la question de savoir si ce n'est pas aussi une façon de s'assurer une élection. Ce qui serait encore plus inquiétant parce que ça voudrait dire que son seul métier est d'être parlementaire. Je pense surtout que Macron ne doit pas le prendre".

M.R avec Les Grandes Gueules