RMC

"Votre mauvaise foi n'a aucune limite!": accrochage entre les "Grandes Gueules" et un délégué syndical

Conducteur de RER et délégué syndical, Fabien Villedieu a défendu les revendications des cheminots de Sud-Rail fermement opposés à toute réforme des retraites. Marie-Anne Soubré a pointé du doigt les contradictions de l'argumentation du syndicaliste.

Avant même les annonces d'Edouard Philippe ce mercredi, les cheminots étaient prêts à continuer la grève contre la réforme des retraites, après une nouvelle mobilisation mardi. Depuis les premières manifestations du jeudi 5 décembre qui ont rassemblé plus d'1,5 million de protestataires dans les rues de France selon les syndicats, le gouvernement a tenté d'apaiser la situation. Dans la nuit de mardi à mercredi, Emmanuel Macron a choisi d'appliquer les nouvelles directives à la génération 1975 et non plus à la génération 1963.

Une vaine tentative qui a alimenté les interrogations dans les rangs des syndicalistes: "On appliquera désormais la réforme à la génération 75. Mais si c’est si bien pour tous les Français pourquoi on ne l’applique pas tout de suite. Pourquoi on attend la génération de 75 pour la mettre en place ? C’est bien parce que cette réforme n’est pas bonne", a assuré ce mercredi sur le plateau des "Grandes Gueules", Fabien Villedieu, conducteur de RER et syndicaliste de Sud-Rail.

"Vous avez mis la France à feu et à sang"

"Votre mauvaise foi n’a aucune limite. C’est ce qu’on appelle un sophisme. Vous ne voulez pas de cette réforme mais vous dites, que si elle était si parfaite on l’appliquerait à tout le monde. C’est extraordinaire", lui a répondu Marie-Anne Soubré, remontée.

"Vous avez mis la France à feu et à sang", a-t-elle poursuivi, accusant le mouvement de grève d'être responsable de la mauvaise santé économique des petits commerçants, bien plus que la crise des "gilets jaunes". "Les "gilets jaunes ont eu un pouvoir de nuisance nettement inférieur à celui de la grève".

Guillaume Dussourt