RMC

Le maire de Grigny dénonce "un mensonge d’État sur les politiques de peuplement"

-

- - ALAIN JOCARD / AFP

Selon Philippe Rio, il y a, en France, une politique de peuplement qui oriente les populations les plus fragiles dans certains territoires.

Un an après l’appel de Grigny, les banlieues ne vont pas mieux. En témoigne les récents évènements avec ces affrontements entre jeunes aux Lilas et Garges-Lès-Gonesse. Dans ces banlieues, se concentrent différents problèmes tels que le chômage, l’insécurité, ou encore les trafics de drogues.

"Il y a un mensonge dans notre République sur les politiques de peuplement. Moi qui ai grandi ça fait 44 ans, j’ai vu les phénomènes. De plus en plus, il y a des personnes qui partent parce que nos territoires de la République. On a du mal à faire entretenir nos écoles. Les politiques de peuplement font qu’on oriente dans ces quartiers les populations les plus fragiles", affirme Philippe Rio, maire de Grigny.

Des trajectoires tracées d'avance

Le maire de cette commune de l’Essonne demande que les habitants de ces territoires puissent avoir le choix. Car selon lui, à l’heure actuelle, on "trace des parcours de vie".

"Il n’y a pas de libertés dans les trajectoires résidentielles", poursuit-il. "Lorsque les gens sont dans un endroit, qu’on nous donne les moyens de réussir la République. Et que du jour au lendemain, on ne nous enlève pas dix policiers, quinze enseignants, La Poste... C'est pas possible". 

Guillaume Descours