RMC

Le "Shabbadan": quand juifs et musulmans célèbrent shabbat et la rupture du jeûne de ramadan

"Et si on faisait un truc ensemble?". L'écrivain Ismaël Saïdi et Delphine Horvilleur, rabbin et écrivain, ont choisi de célébrer shabbat, fête juive et l'iftar, la rupture du jeûne du Ramadan pour les musulmans, au même moment.

Se mettre à table et faire la fête malgré ses différences. Tel est l'esprit du "Shabbadan", un simple moment de convivialité instillé par deux personnes qui ont voulu créfer des ponts entre leurs deux religions. Ismaël Saïdi, écrivain, metteur en scène et Delphine Horvilleur, rabbin et écrivain, unissent ainsi leurs forces vendredi 1er juin pour célébrer ensemble deux moments forts de leurs religions respectives: shabbat pour les juifs, et l'iftar, la rupture du jeûne du ramadan pour les musulmans.

Invités de M comme Maïtena ce jeudi, ils ont expliqué pourquoi ils ont choisi de mettre en place cette soirée, comment leur est venue l'idée, et pourquoi ils convient tout le monde à faire de même si l'idée de partager ce moment leur plaît.

"Le vivre ensemble je n'y crois plus, c'est plutôt le faire-ensemble qui m'intéresse"

"C'était après une représentation de Djihad (sa pièce de théâtre), il y un mouvement de jeunesse juif qui était venu voir le spectacle et qui m'invitait à un shabbat. C'était pendant le ramadan et je leur ai dit que je ne mangeais pas, mais je me suis rendu compte que c'était stupide vu qu'ils attendaient également le soir. Je me suis dit, pourquoi ne pas faire un truc ensemble ? Parce que moi, contrairement à ce qu'on dit, le vivre ensemble je n'y crois plus, c'est plutôt le faire-ensemble qui m'intéresse." 

Voilà qui va donner naissance un mot improbable : le Shabbadan, une célébration dont Ismaël Saïdi se ravit qu'elle "donne de l'urticaire aux fous furieux". Une fête qu'il a donc créé en 2015 en Belgique, et qu'il a décidé de faire en France cette année avec Delphine Horvilleur, rabbin et également écrivaine.

"Des recettes qui nous viennent de lieux qui ne sont pas exactement ceux du vivre-ensemble aujourd'hui"

"Que les gens mangent ensemble !", implore-t-il. "Finalement ça se résume à ça. L'idée c'est de commencer tout doucement à créer des liens". "On va chanter, discuter, dialoguer et ensuite ensemble rompre le jeûne", confirme Delphine Horvilleur qui glisse que de nombreux plats d'inspiration Moyen-Orientale seront préparés, "des recettes qui nous viennent de lieux qui ne sont pas exactement ceux du vivre-ensemble aujourd'hui".

J.A. avec M comme Maïtena