RMC

Bernard Cazeneuve Premier ministre: "il va gérer les affaires courantes"

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a été nommé mardi Premier ministre par François Hollande, après la démission de Manuel Valls. Un choix approuvé dans Radio Brunet par Yann Galut, député socialiste du Cher et soutien d'Arnaud Montebourg.

"Il faut être très clair: la nomination de Bernard Cazeneuve ne va pas changer quelque chose. Nous sommes en décembre. La droite vient de réussir brillamment ses primaires et a désigné son candidat. L'actualité politique va être la primaire de gauche de maintenant jusqu'à fin janvier. Nous terminons aussi le dernier budget à l'Assemblée nationale. Et six mois avant une élection présidentielle, quel que ce soit le gouvernement, de gauche comme de droite, il n'y a plus de texte important à l'Assemblée nationale. Tout simplement parce qu'on ne va pas commencer à faire des choses alors qu'on ne sait pas qui sera en responsabilité six mois plus tard.

Donc, oui, Bernard Cazeneuve va gérer les affaires courantes. Mais je lui reconnais une qualité: faire, de mon point de vue, différemment que ce qui était fait avant. C'est quelqu'un d'extrêmement apprécié dans la classe politique française et plus particulièrement de l'ensemble des parlementaires de gauche et socialistes. Il aurait peut-être dû être Premier ministre avant. Bernard Cazeneuve s'est révélé pendant ce quinquennat.

"Il n'a jamais été dans la division"

Il a d'abord été un excellent ministre délégué aux Affaires européennes. Il a ensuite succédé avec brio à Jérôme Cahuzac (au poste de ministre délégué au Budget, ndlr) et après il a géré le ministère de l'Intérieur. Mais, à ce moment-là, on ne savait pas la manière dont il allait faire les choses. Et je crois qu'il a été une des révélations de ce quinquennat.

Ce qui m'intéresse chez Bernard Cazneueve, c'est que chaque fois qu'il y a eu des tensions au sein du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, il a su trouver le temps de dialoguer pour trouver un compromis, le temps de convaincre. Il n'a jamais été dans l'anathème, dans la division, dans le rapport de force. Je dois donc le dire, je suis totalement en soutien de Bernard Cazeneuve".

M.R avec Eric Brunet