RMC

Démission de Macron, une trahison? "Il est loyal envers ses idées et sa conception de la politique"

Après la démission d'Emmanuel Macron, François Hollande a appelé ses ministres à s'engager dans une "action collective".

Après la démission d'Emmanuel Macron, François Hollande a appelé ses ministres à s'engager dans une "action collective". - Alain Jocard - AFP

Désormais "libre", Emmanuel Macron n'est pas encore candidat mais prépare un projet clairement destiné à l'élection présidentielle. Un nouveau coup dur pour François Hollande à quelques mois de la fin de son mandat mais pas une trahison assure l'un de ses soutiens, le député PS Arnaud Leroy invité de Radio Brunet mercredi.

Emmanuel Macron a maintenant le champ libre. Après avoir donné sa démission mardi, l'ancien ministre de l'Economie se tourne vers l'élection présidentielle. Dès l'annonce de son départ, Emmanuel Macron a expliqué son intention de dresser un "diagnostic" de la France afin d'établir un projet pour la France.

Un départ alors que depuis le début de son quinquennat, Emmanuel Macron faisait partie des proches de François Hollande, d'abord comme conseiller à l'Elysée puis comme ministre. Inconnu du grand public il y a encore deux ans, le ministre charismatique a-t-il trahi son créateur en quittant le gouvernement? Arnaud Leroy, député PS des Français de l'étranger s'en défend.

"Emmanuel Macron était clair sur ses relations personnelles avec le président de la République. Je pense que les enjeux dépassent une simple relation humaine (...). Emmanuel Macron s'est mis au service de François Hollande quand personne ne croyait en François Hollande alors aujourd'hui lui faire un procès en traitrise...", s'explique le député dans Radio Brunet. 

Construire "un scenario optimiste et véridique" pour le pays

En quittant le gouvernement, Emmanuel Macron a soigné sa sortie, loin du fracas de la démission d'Arnaud Montebourg il y a deux ans. Jusqu'au bout assure Arnaud Leroy, celui qui a longtemps été le protégé du président est resté loyal mais a choisi ses idées plutôt que l'homme.

"Emmanuel Macron est loyal envers ses idées, sa conception de la politique et envers son rôle pour le pays. En allant le chercher, en lui proposant d'être ministre on lui a aussi ouvert les yeux sur cette question-là. Il faut avoir de l'audace, donc son geste est un geste de loyauté envers ses convictions", estime-t-il. 

S'il n'est pas encore candidat à l'élection présidentielle, la sortie d'Emmanuel Macron ressemble évidemment à un lancement en campagne. Pour Arnaud Leroy, Emmanuel Macron y sera désormais plus utile que dans un gouvernement qui pratique la "culture de l'eau tiède". "C'est quoi l'intérêt du pays? Est-ce que c'est rester au gouvernement alors qu'il n'y aura plus de grandes réformes?", s'interroge-t-il. Dans "l'intérêt du pays", les compétences d'Emmanuel Macron seront selon lui davantage mises à profit dans la construction "d'un scenario optimiste et véridique" pour la France.

C. B