RMC

Fonds de solidarité: les entreprises "particulièrement en difficulté" pourront demander un complément de 2.000 euros

La secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie Agnès Pannier-Runacher a précisé ce jeudi sur RMC dans Brunet-Neumann que les entreprises particulièrement en difficulté pourront déposer un dossier pour prétendre à une éventuelle aide complémentaire.

Les entreprises françaises souffrent durant cette crise sanitaire exceptionnelle. Alors que le bilan humain de l'épidémie de coronavirus continue de s'aggraver avec près de 11.000 morts, l'économie va entrer dans une récession historique. Concernant les aides aux entreprises en difficulté, les premières aides du fonds de solidarité commencent à tomber dans les comptes des entreprises.

La secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie Agnès Pannier-Runacher, invitée de Brunet-Neumann ce jeudi sur RMC, a répondu aux questions des auditeurs et a notamment a précisé ce qui était mis en place concernant les aides financières aux entreprises en difficulté.

"Il sera possible de déposer un dossier, assez léger, pour demander un complément qui pourra aller jusqu'à 2.000 euros"

La secrétaire d'Etat a notamment répondu à la demande de Charles, un restaurateur. Elle a confirmé et développé les annonces faites mercredi par Bruno Le Maire: "Le forfait de 1.500 euros pour les entreprises qui ont dû fermer obligatoirement le 15 mars ou qui ont perdu 50% de leur chiffre d'affaires en mars est en train d'arriver sur les comptes en banque. Et à partir du 15 avril pour ceux qui sont particulièrement en difficulté, il sera possible de déposer un dossier, assez léger, pour demander un complément qui pourra aller jusqu'à 2.000 euros. (...) Ce sera pour des entreprises particulièrement en difficulté de trésorerie. Ce sera une instruction qui sera conduite notamment par les régions sur des critères qu'elles définiront. L'objectif est de traiter des cas qui ne sont pas statistiquement explicables au stade automatique que nous avons mis en place."

"Pour avril, le Président souhaite que nous mettions en place un dispositif plus puissant qui pourrait aller jusqu'à 5.000 euros"

"Nous travaillons à une phase complémentaire de ce fonds pour le mois d'avril. Pour avril, le président de la République a été très clair, il souhaite que nous mettions en place un dispositif plus puissant qui pourrait aller jusqu'à 5.000 euros, et qui pourrait permettre dans certaines conditions à définir, de se substituer au commerçant indépendant pour payer le loyer, puisque c'est une des épées de Damoclès qui pèse sur les entreprises."

"On ajustera le dispositif aussi pour ceux qui continuent à ne pas pouvoir travailler normalement pour minimiser la casse sociale"

"Nous allons ajuster notre dispositif au fil de l'eau, la stratégie du déconfinement ce sera la santé qui va l'arrêter au regard de l'évolution du virus. On s'ajustera au niveau économique, on s'ajustera pour donner un maximum de visibilité aux professionnels tout en ayant en tête qu'on ne peut pas donner des certitudes.
Et on ajustera le dispositif aussi pour ceux qui continuent à ne pas pouvoir travailler normalement pour minimiser la casse sociale. Pas de décision à date, mais le principe est qu'à chaque phase on a su adapter nos décisions économiques."
J.A.