RMC

Images privées de Castaner: "Ce qui frappe c'est qu'il y avait 100 personnes autour!"

Laurence Pieau, directrice de la rédaction de Closer, explique pourquoi elle a choisi de diffuser l'information et les images de la soirée agitée de Christophe Castaner dans une boîte de nuit parisienne.

Information du domaine public ou intrusion dans la privée ? La question fait débat après la publication d'images montrant le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner dans une soirée arrosée buvant des shots de vodka et embrassant une jeune femme dans une boîte de nuit huppée.

Certains notent le décalage entre l'importance de sa fonction dans une journée marquée par le 17e rassemblement de gilets jaunes et ce comportement trivial de la part d'un homme marié.

Laurence Pieau, directrice de la rédaction de Closer a justifié le choix de publier cette information dans Radio Brunet ce vendredi et assure que ça relève du domaine public.

"Il décompresse de façon publique donc aucune raison de ne pas le partager avec nos lecteurs"

"C’est un des ministres qui a la plus forte notoriété du gouvernement. Ce qui nous a frappé c’est que dans ce restaurant/boîte de nuit il y avait quand même une centaine de personne autour et des smartphones partout, ça devient un lieu public. Il a envie de décompresser un soir d’acte 17 des gilets jaunes et il le fait de façon publique donc aucune raison de ne pas le partager avec nos lecteurs."

"On sait que la proximité a été immédiate avec cette jeune femme"

La journaliste people explique qu'il rentrait de Marseille où il avait honoré les marins-pompiers de la ville et géré la situation de l'Acte 17 des "gilets jaunes" et que le ministre concède publiquement que sa vie privée est compliquée.

"Il sortait d’une première soirée où il était resté jusqu’à 1 heure. Mais ce qui frappe c’est cette proximité du ministre qui se lâche avec une jeune femme et près des gens qui le filment avec un smartphones. On sait que la proximité a été immédiate avec cette jeune femme. A priori ils ne se connaissaient pas bien. Ce qui frappe c’est qu’il y avait 100 personnes autour ! Un autre problème c’est celui de la sécurité. Selon nos informations il a demandé à sa sécurité de rester à l’extérieur."
James Abbott