RMC

Propos de Macron sur la colonisation: "il est totalement irresponsable"

Dans une interview à la chaîne privée algérienne Echourouk News lors de son voyage en Algérie en début de semaine, Emmanuel Macron a qualifié la colonisation de "crime", de "crime contre l'humanité" et de "vraie barbarie". Une erreur selon l'historien et essayiste Dimitri Casali, invité de Radio Brunet ce jeudi.

Le regard porté sur la colonisation est l'objet de polémiques récurrentes chez les hommes politiques français. La dernière en date est actuelle suite à l'interview accordée par Emmanuel Macron à la chaîne privée algérienne Echourouk News lors d'un voyage en Algérie. Dans cet entretien, l'ancien ministre de l'Economie qualifie la colonisation de "crime contre l'humanité" et de "vraie barbarie". Des propos qui ont provoqué un vif émoi dans la classe politique et pas seulement.

Invité de Radio Brunet ce jeudi, l'historien et essayiste Dimitri Casali a vivement critiqué le fondateur du mouvement En Marche! et candidat à l'élection présidentielle. "On voit bien qu'il y a une espèce d'ignorance de l'histoire coloniale en France, qui n'est malheureusement plus apprise à l'école, déplore le coauteur avec Nicolas Cadet de L'empire colonial français, quand la France rayonnait dans le monde 1608-1931). Il faut arrêter! Nous sommes déjà les champions du monde de l'autoflagellation! Il n'y a qu'en France que l'on entend des discours pareils"

"Il jette de l'huile sur le feu"

En réalité, estime-t-il, "la France n'a pas à avoir honte de son histoire coloniale puisque nous avons une œuvre sanitaire, éducative et économique absolument considérables mais totalement oubliées. Un fait: la population algérienne, en 1830, était de deux millions d'habitants et de 10 millions d'habitants au départ de la France. Je ne vois donc pas où est le génocide et le crime contre l'humanité. Il faut essayer d'employer les termes corrects".

C'est pour cela que Dimitri Casali considère qu'"Emmanuel Macron est totalement irresponsable. A un moment où le feu couve dans les banlieues, il jette de l'huile sur le feu. C'est un mauvais calcul parce qu'il va se mettre à dos les quatre millions d'enfants de rapatriés et les 90.000 harkis, qui sont toujours les oubliés de cette histoire". comme en témoigne le vif émoi soulevé par les propos d'Emmanuel Macron qui l'a assimilée à un "crime contre l'humanité".

M.R avec Les Grandes Gueules