RMC

Transport de documents, traduction des dossiers, séances plénières coûteuses… Les dérives financières du Parlement européen

Dans "Merci les Français", Eric Brunet traque tous les gaspillages de l'argent public. Il pointe les dépenses d'Etat, des collectivités locales et autres entreprises publiques et "remercie" le contribuable si prodigue de son argent. En particulier, le contribuable européen.

Alors que les élections européennes se sont déroulées la semaine dernière, le budget du Parlement européen pour 2020 lui, est depuis longtemps voté et devrait même dépasser les 2 milliards d’euros. Une hausse, liée à "d’incompressibles surcoûts" mais aussi "un certain nombre de dérives", révèle le journal Le Monde.

D'autant que l’institution est déjà à la tête d’un budget assez généreux puisque la somme équivaut à 2,5 millions d’euros par an et par député. En comparaison, le budget de l’Assemblée nationale représente moins d’un million d’euros par député.

Mais pourquoi un budget si conséquent? Plusieurs dérives financières sont pointées du doigt par le journal Le Monde. Les langues tout d’abord. Au secrétariat général de l’institution à Luxembourg, on compte pas moins de 24 langues officielles puisque les eurodéputés ont le droit de travailler dans leur langue natale. Mais tout ça a un coût: la traduction d’une seule page en 24 langues, revient à 145 euros la page et une heure d’interprétariat est facturé entre 270 et 311 euros.

Autres dépenses: le déménagement du Parlement européen. Tous les mois, pour les séances plénières, le Parlement quitte Bruxelles pour Strasbourg. A l’occasion de ces séances, les élus, une partie de leurs assistants, des fonctionnaires, passent trois nuits dans la capitale alsacienne. Le coût: 114 millions d’euros par an.

Le Parlement doit par exemple affréter des Thalys spéciaux qui ont coûté en 2017, pas moins de 3,6 millions d’euros. Pire, pour transporter les dossiers des parlementaires, des camions sont affrétés pour 260.000 euros par session.

Dernière dérive: les travaux d’extension et de rénovation du bâtiment dont le surcoût s’élève à 115 millions d’euros.

Radio Brunet (avec Caroline Petit)