RMC

17 novembre: certains syndicalistes rejoignent discrètement le rang des "gilets jaunes"

Avant la grande journée de mobilisation du 17 novembre, le mouvement pose une question épineuse aux centrales syndicales.

Y aller ou pas? Avant la grande journée de mobilisation du 17 novembre, et alors que l’ampleur mouvement des gilets jaunes est difficile à évaluer, le mouvement pose une question épineuse aux centrales syndicales.

En clair, faut-il prendre le train de la colère en marche, avec la crainte, formulée par les dirigeants syndicats, d'être "récupéré par l'extrême droite"? Ou le laisser passer, quitte à manquer l'occasion rêvée de prendre la tête des mécontents?

Du côté des centrales parisiennes, la position est claire - du moins pour l'instant: pas question de s'opposer à la fiscalité verte ou d'apparaître aux côtés de Nicolas Dupont-Aignan ou Marine Le Pen.

Localement, les militants prennent parfois le contre-pied de leur direction, comme à la CGT. C'est notamment le cas dans les départements ruraux, mal desservis par les transports en commun. Dans le Cher, Sébastien Martineau, secrétaire de la CGT manifestera mais... sans les gilets jaunes.

"On sera sous l'organisation de la CGT, sur un rond-point qu'on aura déterminer mais sans contact avec les gilets jaunes, puisqu'ils ne veulent pas d'une organisation politique ou syndicale. Mais nous estimons qu'on a toute notre place dans cette action" explique-t-il sur RMC. 

Manifester ou pas, le débat agite la CGT. "Bloquer des périphériques, bloquer des péages, un samedi qui plus est, ça ne fait pas peur au patronat" juge Jean-Pierre Mercier, délégué chez PSA, qui a préféré appeler à la grève.

"Si les salariés bloquent la production sur leur lieu de travail, alors on prendra nos distance réellement avec l'extrême-droite qui n'aura surtout pas envie de toucher aux intérêts du patronat" précise-t-il.

Des initiatives "isolées", juge la direction du syndicat qui, avoue qu'elle gardera quand même un oeil attentif sur l'ampleur de la mobilisation dans ses rangs.

Victor Joanin