RMC

Auto: découvrez le palmarès des départements les plus demandés sur les plaques d'immatriculation

LES HISTOIRES DE CHARLES - Chaque matin, Charles Magnien fait le tour des histoires insolites de l'actualité.

Et le département le plus demandé l'année dernière pour figurer sur une plaque d'immatriculation est... à lire un peu plus bas. 

Vous le savez: on peut choisir librement depuis quelques années le numéro de département et le logo de la région qu’on met sur sa plaque, pas besoin de justifier d’une adresse… Et le site spécialisé eplaques.fr vient donc de dévoiler son classement des départements les plus demandés en 2020.

Il s'agit de la Haute-Savoie (74) qui a été l'indicatif départemental le plus demandé. Surprenant, vu qu'il s'agit du 28e département le plus peuplé. Cela s’expliquerait "notamment par le tourisme", apprend-on, puisqu’il s’agit d’un département dans lequel on se rend en voiture, et auquel on s’attache…

>> A LIRE AUSSI - Les ventes de voitures neuves s'effondrent: quelles sont les marques en panne sèche?

Pourquoi la Corse est-elle si demandée?

La suite du classement est plus logique, avec les départements les plus peuplés: le 75 pour Paris, le 13 pour les Bouches-du-Rhône… En revanche, la demande est assez faible, en rapport avec la population, pour la Seine-Saint-Denis, la Loire, les Deux-Sèvres ou encore la Mayenne.

Mais si l’on rapporte le nombre d’habitants au nombre de demandes sur les plaques, c’est la Corse qui est nettement en tête. Les plaques "2A" et "2B" sont surreprésentées en France.

Comment l'expliquer? En premier lieu, le très fort attachement des Corses à leur région, peu importe où ils vivent en France.

Mais aussi, nous dit-on, parce qu’afficher une plaque corse serait également un "gage de sérénité" dans l’inconscient collectif. On hésiterait donc à faire une queue de poisson à une voiture qui a une plaque 2A ou 2B.

Enfin, à l’approche de la traversée de la Méditerranée, les automobilistes préféreraient apposer l’emblème de la Corse pour "éviter d’être perçus comme des touristes".

Charles Magnien