RMC

Calais: 16 policiers blessés lors de violents affrontements avec des migrants et des activistes

-

- - Philippe Huguen - AFP

INFO RMC - 16 policiers, CRS et membres de la Bac, ont été blessés dans la nuit de dimanche à lundi dans des affrontements avec des migrants et des activistes d'ultra-gauche, sur la rocade qui surplombe la jungle de Calais.

"Un véritable pugilat". 16 policiers, CRS et membres de la Brigade anti criminalité (BAC) ont été blessés dans la nuit de dimanche à lundi dans des affrontements avec des migrants et des activistes d'ultra-gauche, selon la préfecture du Pas-de-Calais et des sources policières.Des blessures légères, principalement des contusions principalement dues aux jets de pierre.

Tout a commencé lorsqu'un routier roumain a pris une pierre sur son pare-brise alors qu'il circulait sur la rocade qui surplombe la jungle de Calais, où s'entassent près de 6.000 migrants. Son pare-brise a évidemment éclaté sous l'impact, mais la pierre a aussi blessé sa femme assise à ses côtés. La technique de la pierre sur le pare-brise est parfois utilisée pour freiner le trafic et permettre aux migrants de monter à bord des camions pour tenter de rejoindre la Grande-Bretagne.

300 grenades auraient été tirées par les policiers

Quand les policiers arrivent sur place, quelque 200 personnes ont déjà investi la rocade, selon la source policière. La route est jonchée de poubelles, et des barrages de pneus entravent la circulation. Les policiers trouvent des groupes de dizaines de migrants agrippés aux camions. Selon la préfecture du Pas-de-Calais, migrants et passeurs auraient profité de l'allègement du dispositif policier le dimanche soir.

L'intervention des forces de l'ordre aurait été très tendue à cause de la présence de militants de No Border, des personnes issues de la mouvance ultragauche qui se disent anti-frontières mais aussi anti-police. Ils étaient présents à Calais ce week-end pour organiser une contre manifestation à celle par le groupe d'extrême-droite Pediga.

De 23h à 2 h du matin cela a été un "véritable pugilat", raconte un policier. 300 grenades auraient été tirées. Des affrontements bien plus violents que d'habitude pour un lourd bilan donc: 16 policiers blessés, souvent à cause des jets de pierre. Pour l'instant aucun migrant blessé ne se serait signalé, mais les associations n'excluent pas qu'ils viennent se faire soigner dans la journée.

P. G. avec Claire Andrieux