RMC

Colis piégé à Lyon: ce que l'on sait du principal suspect de 24 ans

Plusieurs interpellations ont eu lieu ce lundi dans l'affaire du colis piégé à Lyon, qui avait fait 13 blessés légers vendredi. Le principal suspect, un Algérien de 24 ans "sans activité" a été interpellé sur la voie publique vers 10 heures, après une filature.

Le principal suspect dans l'attaque à l'explosif qui a fait 13 blessés vendredi à Lyon, a été interpellé sur la voie publique lundi vers 10 heures, après une filature menée par des policiers de la BRI.

Le jeune homme de 24 ans, de nationalité algérienne, a été interpellé lundi dans cette même ville et placé en garde à vue, ainsi que ses parents et un autre membre de sa famille. Il a été arrêté sans opposer de résistance, à la descente d'un bus, levant les bras à l'approche des policiers.

"L'enquête se poursuit, il ne m'appartient pas de vous en dire plus sur le profil de l'individu", a déclaré le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner venu à Lyon avec le secrétaire d'Etat Laurent Nuñez faire le point de l'enquête. "Rien pour l'instant n'est établi. J'appelle chacun à respecter le temps de l'enquête", a-t-il insisté. "Le temps n'est pas aux commentateurs mais à la police", a-t-il ajouté, alors que les motivations du suspect restent mystérieuses.

Le quartier où vit cet algérien de 24 ans, à Oullins, dans la proche banlieue de Lyon, a été bouclé jusqu'à tard dans la nuit. Dans l'après-midi, une perquisition a été menée pendant plusieurs heures au domicile de la famille. Plus d'une dizaine de véhicules de police, dont un fourgon de la police technique et scientifique, ont bloqué l'accès à la résidence Les Ifs, située dans un quartier populaire de cette commune. 

Peu coopératif

Pour le moment, le jeune homme se montre peu coopératif avec les enquêteurs. Ce diplômé d'informatique en Algérie a été emmené hier à son domicile d'Oullins pour assister à une très longue perquisition.

Le suspect avait rejoint sa famille il y a deux ans dans cette banlieue de Lyon.

Ni scolarisé, ni employé, lui ou sa famille, très discrète, n'ont jamais fait parlé d'eux. Le travail de la Police Judiciaire pour le retrouver a été minutieux: il a fallu recouper les images de vidéo-surveillance, la géolocalisation et certains achats effectués sur internet, notamment des piles qui ont été retrouvées dans le système de déclenchement du colis piégé.

Reste la question du mobile: l'attaque de la rue Victor Hugo reste pour l'instant sans revendication. Et le principal suspect a vraisemblablement continué de vivre, comme si de rien n'était, entre vendredi soir et lundi matin.

Gwenaël Windrestin avec Xavier Allain