RMC

COP21: un niveau de sécurité jamais vu en France

Déjà au plus haut avec l'état d'urgence, le déploiement de forces de l'ordre pour assure la sécurité des 150 chefs d’État et de gouvernement arrivés en France pour assister à l'ouverture de la COP21, ce lundi au Bourget, est inédit par son ampleur. Parc des expositions, Frontières, transports en communs, espace aérien, routes… tout est sous surveillance.

Jamais un tel dispositif policier n'avait été déployé en France. Un peu plus de deux semaines après les attentats de Paris, la COP21, grande conférence internationale sur les changements climatiques, s'ouvrent ce lundi au Bourget (Seine-St-Denis) en présence de 150 chefs d’État et de gouvernement, parmi lesquels Barack Obama (États-Unis), Vladimir Poutine (Russie), Angela Merkel (Allemagne), Xi Jinping (Chine) et bien sûr François Hollande, pour ne citer qu'eux.

Des milliers de policiers et gendarmes déployés

Si le dispositif de sécurité dans notre pays est déjà au plus haut avec l'état d'urgence instauré suite aux attentats de Paris, les effectifs policiers sont encore montés d'un cran depuis dimanche. Le seul site du Bourget est quadrillé par 2.800 policiers et gendarmes. Plus de 6.000 hommes sont déployés dans Paris. Les transports en commun franciliens sont également très surveillés, avec plus de 600 policiers et gendarmes présents, appuyés par 500 militaires (sans compter les effectifs des services de sécurité de la RATP et de la SNCF). Enfin, quelque 8.000 policiers et gendarmes sont déployés en plus aux frontières pour contrôler les entrées sur le territoire.

La vidéo-protection va aussi jouer un rôle fondamental, comme l'explique sur RMC un policier attaché à la salle de commandement de la préfecture de Paris. "Nous avons évidemment mobilisé tous les moyens de vidéo-protection de Paris, avec des dispositifs temporaires également mis aux abords du site du Bourget et sur certains axes empruntés par les cortèges. Tout sera géré depuis cette salle de commandement".

Des chefs d’État accompagnés de leur propre service de sécurité

La sécurité des chefs d’État et de gouvernement sera même assurée dès leur arrivée dans le ciel français. Avant même d'atterrir à Roissy ou au Bourget, les avions de chasse militaires devaient surveiller le moindre déplacement suspect dans le ciel. Une fois au sol, les chefs d’État ont déjà une grande partie de leur propre service de sécurité qui les attend, avec voitures blindées, équipements high-tech pour brouiller les communications et matériel de premier secours comme des poches de sang dans la voiture où se trouve Barack Obama.

Le président américain qui s'est déplacé avec plusieurs centaines de personnes du "Secret service" américain. Ses membres ont fait des repérages ces derniers jours et veillent à ce que rien ne soit laissé au hasard. Pour preuve lors du 70e anniversaire du débarquement en Normandie, cette année, un membre de notre Garde républicaine s'était littéralement fait éjecter pour s'être approché un peu trop près de la voiture présidentielle.

Des policiers en costume cravate

En plus de leur propre service de sécurité, les chefs d’État pourront également compter sur les policiers français du Service de la protection. Ce sont eux qui vont être chargés de protéger les personnalités au quotidien. 140 policiers de Paris et province sont venus renforcer ce service pour la Cop21. Ces nouveaux effectifs ont été priés de s'équiper d'une tenue adéquate, à savoir costume cravate. Le but : se fondre dans le décor tout en créant des bulles ultra sécurisées autour des chefs d’État.

P. Gril avec P. Rigo et C. Andrieux