RMC

Démarchage téléphonique: deux entreprises lourdement sanctionnées par la direction de la concurrence

"LECHYPRE D'AFFAIRES" - Tous les jours à 7h20, on parle éco et conso avec Emmanuel Lechypre, dans "Apolline Matin".

Le démarchage téléphonique en matière de rénovation énergétique est interdit depuis la loi de juillet 2020, ce qui n’a pas freiné les ardeurs de nombre d’entreprises du secteur. La DGCCRF, la direction de la concurrence, n’a pas lésiné. Almatys et Nrgie, deux sociétés qui démarchaient par téléphone pour vendre par exemple des pompes à chaleur, viennent d’écoper au total de plus de 500.000 euros d’amendes. 108 entreprises déjà sanctionnés pour 4,3 millions d’amendes.

Le gouvernement a aussi décidé de prendre des mesures spécifiques contre le démarchage de promotion du compte personnel de formation.

>> A LIRE AUSSI - L'astuce pour éviter que les démarcheurs téléphoniques vous rappellent

Un amendement au projet de loi de finance va prohiber cette pratique qui empoisonne de nombreux détenteurs de Compte personnel de formation. “Votre CPF arrive à échéance! Réclamez la formation de votre choix 100% financée par l'Etat”. Voilà le type de SMS qu ’on a été nombreux à recevoir. Ce sera bientôt interdit.

Reste tous les autres secteurs qui continuent de démarcher par téléphone: énergie, assurance, opérateurs de téléphonie, voyants etc. En moyenne, chaque ménage reçoit cinq appels par semaine.

Pourquoi est-il si difficile de se dépêtrer du démarchage téléphonique ?

Le dispositif anti-démarchage Bloctel existe bel et bien, mais ne compte que quatre millions d'inscrits, et en plus, il connaît des pannes et dysfonctionnements à répétition. Les entreprises débordent d’imagination pour trouver de nouveaux clients, parfois de façon abusive voire totalement illégale.

Et puis surtout, la réponse législative n’est sans doute pas assez globale. Le gouvernement a pris des mesures contre le démarchage pour la rénovation énergétique, puis donc pour le CPF, alors que les associations de consommateurs militeraient elle pour une loi globale qui reconnaîtrait un droit à la tranquillité du consommateur. On y est pas encore.

Emmanuel Lechypre