RMC

Après une petite fronde, l'UE entérine la fin des voitures thermiques en 2035

Les 27 États membres de l'Union européenne ont finalement approuvé le projet de la Commission d'arrêter les ventes de voitures à moteur thermique dès 2035. Il y avait pourtant une petite frondeen train de monter sur une proposition de l'Italie appuyée par la Bulgarie, le Portugal, la Roumanie et la Slovaquie.

Les 27 Etats membres de l'UE ont finalement approuvé mardi le projet de la Commission d’arrêter les ventes de voitures à moteur thermique dès 2035. La révolte montait pourtant puisqu’une proposition de l’Italie et signée par la Bulgarie, le Portugal, la Roumanie et la Slovaquie plaidait pour un report de 5 ans du calendrier afin d'éviter "des coûts disproportionnés et inutiles pour le secteur automobile comme pour les consommateurs".

La France et l’Allemagne, étaient elles aussi favorables à un report du calendrier au-delà de 2035 tandis que les Irlandais, Suédois et Néerlandais appuient Bruxelles. C’est ce camp qui l’a emporté mercredi. La ligne de fracture, elle est évidemment entre les pays à grosse industrie automobile et les autres. Les pays favorables au report du calendrier en 2040 ont tout de même obtenu des concessions.

Les 27 ont cependant ouvert la porte à des technologies alternatives comme les carburants synthétiques, les motorisations hybrides rechargeables si celles-ci permettent d'atteindre l'objectif de supprimer totalement les émissions de gaz à effet de serre des véhicules. Ce qui n’était pas le cas auparavant.

Une menace pour les emplois?

Ils ont également approuvé l’exemption pour cinq ans de plus des obligations en matière de CO2 accordées aux constructeurs "de niche". Cette clause, dite parfois "amendement Ferrari", profitera notamment aux marques de luxe.

Est-ce que ce calendrier 2035 n’est pas trop ambitieux ? Il met clairement en danger l’industrie automobile européenne. Parce qu’il va falloir accroître les infrastructures de recharge électrique dans des proportions délirantes. Il faut aussi développer la production de batteries, technologie pour laquelle on a dix ans de retard sur les Chinois, et convaincre les automobilistes de passer à l’électrique.

Comment les constructeurs et leurs multiples sous-traitants vont-ils s’adapter en 12 ans ? La plateforme automobile (PFA), qui représente le secteur, évoque 100.000 emplois menacés en France.

Emmanuel Lechypre