RMC

Augmentation, réindexation, financement: cinq questions autour des pensions de retraite

Face à l’inflation et aux les difficultés rencontrées par certains retraités, Emmanuel Macron a promis une réindexation des pensions et l’instauration d’une retraite minimum. Mais comment cette mesure est-elle financée et quelles sont les solutions les plus justes? Explications.

Quand et comment les pensions de retraite sont-elles réindexées?

En théorie, les pensions de retraite sont réévaluées chaque année pour tenir compte de l’inflation. C’est ce que prévoit le code de la sécurité sociale depuis 1993. Mais en pratique, ce n’est pas toujours le cas. En 2022, les retraites (de base) ont augmenté de 1,1% au 1er janvier, soit très largement en-dessous de l’inflation.

En 2021, elles n’avaient augmenté que de 0,4% et en 2020, la hausse n’avait pas été la même pour tout le monde: 1% pour les retraites de moins de 2.000 euros mensuels et 0,3% pour les autres. Enfin en 2019, la hausse était seulement de 0,3%.

Les retraites ont donc relativement peu augmenté ces dernières années, en tout cas nettement moins que le SMIC qui a augmenté de 10% sur la même période.

Les retraités vivent-ils mieux que la moyenne des Français?

En 2018, le Conseil d’orientation des retraites avait calculé que le niveau de vie des retraités était supérieur de 5% à celui de l’ensemble de la population française. Une exception parmi les pays de l’OCDE. En Allemagne, le niveau de vie des retraités est inférieur de 10% à l’ensemble de la population, et inférieur à 20% en Grande-Bretagne.

En France, le niveau moyen des pensions est 1.341 euros. Mais cette moyenne masque de grandes inégalités. Pour faire face à leurs difficultés, certains retraités ont même recours à l’aide alimentaire. Les retraités représentent 15% des personnes qui fréquentent les Restos du cœur (statistiques comprenant les personnes âgées de plus de 16 ans).

Faut-il augmenter les retraites?

C’est une question qui en cache plusieurs. A-t-on les moyens d’augmenter les retraites? La réponse est non. En 1950, il y avait quatre actifs pour financer un retraité. Aujourd’hui, il n’y en a plus que 1,4. Et on peut difficilement faire peser davantage le poids des retraites sur ceux qui travaillent. Aujourd’hui, une pension sur 10 est financée par de la dette.

C’est ensuite une question d’arbitrage. La France est un pays endetté qui n’est pas non plus censé avoir les moyens de compenser la hausse des prix du carburant, et pourtant le gouvernement a choisi de le faire, comme il avait aussi choisi de mettre en place le "quoiqu’il en coûte".

Faut-il seulement augmenter les retraites les plus faibles?

C’est la solution qui paraît la plus juste moralement. Mais techniquement, augmenter uniquement les retraites les plus faibles pose toujours un problème. Prenons l’exemple du SMIC: si vous relevez le salaire minimum de 1.300 à 1.500 euros, ceux qui gagnaient déjà 1.500 euros, soit 15% de plus que le SMIC, vont se retrouver du jour au lendemain comme les salariés les moins bien payés, ce qui créé un gros sentiment d’injustice.

Que proposent Emmanuel Macron, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ?

Emmanuel Macron souhaite instaurer une retraite minimum à 1.100 euros, même pour les carrières incomplètes, et réindexer les pensions sur l’inflation. Marine Le Pen veut, elle, relever le minimum vieillesse à 1.000 euros, et également réindexer les retraites sur l’inflation. Enfin, Jean-Luc Mélenchon veut relever les pensions de retraite au niveau du SMIC (1.300 euros net) pour une carrière complète, et indexer le montant des retraites sur les salaires (et pas sur l’inflation).

Stéphane Pedrazzi