RMC

Autoroutes: le prix des péages pourrait augmenter de 7 ou 8% au 1er février 2023

Calculés en fonction de l'inflation, les prix des péages d'autoroutes devraient connaître une forte augmentation dans les prochains mois. Le gouvernement a entamé des discussions pour limiter cette hausse.

Avec l’inflation galopante, les prix des péages d’autoroutes pourraient bondir de plus de 7% ou 8% au 1er février 2023. Il faut rappeler que l’augmentation des péages résulte d’un calcul quasiment automatique, prévu au début du contrat de la concession. Il y certes des éléments variables qui peuvent varier selon les années, notamment au regard des investissements qui pourraient s’avérer nécessaires au-delà de ce qui était prévu au début du contrat. Mais l’élément essentiel, c'est que l’augmentation doit atteindre au moins 70% de l’inflation.

Clément Beaune, le ministre des Transports, a entamé des discussions avec les concessionnaires dès cet été. Hors de question que la hausse atteigne 7 à 8%. Sauf qu’il a peu de marges puisque le gouvernement ne peut pas déroger aux contrats signés.

Peu de marges de négociations pour le gouvernement

En 2014, Ségolène Royal, alors ministre de l’Environnement, gèle les tarifs des péages envers et contre tout pour 2015. Élisabeth Borne était alors la directrice de cabinet de Ségolène Royal. Mais le gouvernement fait machine arrière par la suite et signe finalement un accord avec les sociétés d’autoroute pour une augmentation plus forte des prix jusqu’en 2023. Au final, ça aura coûté plus cher aux automobilistes…

Que reste-t-il comme solution? Miser sur la générosité des concessionnaires d’autoroute, ce qui semble peu probable, négocier un allongement de la durée des concessions, baisser les taxes perçues par l’Etat sur les prix des péages, ce qui revient à faire payer le contribuable, ou bien lisser la hausse pour les automobilistes. Une dernière solution dangereuse si l’inflation reste tenace.

Emmanuel Lechypre