RMC

"C’est du gâchis": 2 millions d'articles de Camaïeu vendus aux enchères

Des produits de la marque Camaïeu, qui a fermé ses boutiques et licencié ses employés, sont vendus aux enchères. Une vente réservée aux professionnels du déstockage et de la revente.

La marque Camaïeu organise une vente aux enchères auprès des professionnels à Vendeville, près de Lille, pour vendre ses derniers stocks. Au total, 2 millions de pièces, pour une valeur totale estimée à 51,6 millions d’euros.

Les revenus serviront à rembourser les dettes de l'entreprise, un mois après la fermeture de ses 509 magasins et le licenciement de 2.100 employés.

Pantalons, pulls, t-shirts et blousons seront rachetés par des géants du déstockage et de la vente en ligne. L'organisation de cette dernière braderie est incompréhensible pour Sandra Sarrouy, qui a été vendeuse pendant 30 ans à la boutique Camaïeu de Millau.

“Je ressens de la colère parce que depuis deux ans, on n’a jamais de marchandises en boutique et là, ils trouvent des stocks énormes qu’on va vendre à des prix dérisoires”, regrette-t-elle.

Sur les portants, les stocks des magasins et des entrepôts, mais aussi la collection hiver 2022-2023, jamais mise en vente. "Tous les articles que j’ai vu, si on les avait eus en boutique, on aurait pu les vendre. Tout ça, c’est du gâchis", appuie-t-elle.

Une action lancée en justice par d'anciens employés

Cette vente, c'est le dernier clou dans le cercueil de cette entreprise dont les difficultés s'accumulaient depuis des années.

“Il y a beaucoup de personnes qui sont, je ne vais pas dire dépressives parce que c’est un grand mot, mais qui sont dégoûtées. Ce n’est pas comme ça que ça aurait dû se passer", estime Cédric Philippo, qui était cariste à l'entrepôt de Roubaix depuis 12 ans.

Une action en justice a été lancée par d'anciens employés. Ils réclament des explications sur les décisions qui ont mené à la débâcle financière de l'entreprise.

Margaux Boulte avec Guillaume Descours