RMC

L'absentéisme en entreprise a baissé en 2021

Le taux d'absentéisme a reculé en 2021, par rapport à l'année précédente. Les centres d’appels, les transports, la grande distribution et le commerce sont les secteurs les plus touchés par l’absentéisme.

Le taux d'absentéisme en entreprise s'est un peu replié en 2021, après une année 2020 sans précédent, chamboulée par l'apparition du Covid. Selon la dernière étude du cabinet Mercer, 36% des salariés français ont été absents au moins une fois plus de trois jours l'an passé contre 39% en 2020. On retrouve ainsi le niveau de 2019.

Par contre, la durée moyenne des arrêts est plus longue. Presque 32 jours en 2021 contre 30 jours deux ans plus tôt. Les arrêts compris entre 6 et 90 jours représentent 67% des arrêts contre 51% en 2019.

Les centres d’appels, les transports, la grande distribution et le commerce sont les secteurs les plus touchés par l’absentéisme. Un phénomène qui est d’ailleurs plus élevé dans les grandes entreprises que dans les petites, chez les femmes que chez les hommes, chez les employés et ouvriers que chez les cadres, dans les Hauts-de-France et en Normandie qu’en Bretagne ou en Île-de-France.

Les risques psychosociaux provoquent plus d'arrêts

Est-ce qu’il y a quand même eu un effet Covid ? La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) a publié ce mardi une étude indiquant que 28% des salariés ont connu depuis la crise sanitaire des périodes inhabituelles de surcharge de travail, avec à la clé des syndromes anxieux, dépressifs et de comportements boulimiques deux fois plus élevés que chez les autres salariés.

Plus généralement, l’un des principaux dommages collatéraux du Covid est l’alourdissement de la charge mentale, qui est observé au niveau collectif et individuel. Les arrêts pour causes de risques psychosociaux ont largement augmenté et les causes sont claires: éloignement social, incertitude sur l’avenir, gestion des enfants.

Plus de troubles musculo-squelettiques aussi, avec les mauvaises postures liées au télétravail organisé dans la précipitation et à la moindre activité physique avec la fermeture des infrastructures sportives.

Emmanuel Lechypre