RMC

Les Français pas prêts à sacrifier les vacances de Noël sur l'autel de l'inflation

Malgré le contexte budgétaire compliqué, les Français estiment majoritairement que les vacances de Noël restent une priorité.

Les vacances de Noël restent sacrées pour les Français. Malgré l'inflation et les prix qui augmentent, plus d'un Français sur deux a l'intention de partir en vacances lors des congés de fin d'année, comme l'a indiqué mardi la ministre du Tourisme, Olivia Grégoire.

55% des Français auraient l'intention de partir en vacances fin décembre, dont 77% d'entre eux qui envisageraient de rester en France, selon la ministre. Le budget moyen atteindrait 371 euros par personne, ce qui est équivalent aux années précédentes.

"C'est un moment qu'il faut garder, quoi qu'il arrive"

Malgré ce contexte inflationniste, les vacances de Noël restent une priorité pour de nombreuses familles, même si le budget est de plus en plus serré, comme chez Jean-Paul.

"On va partir en Irlande car la moitié de la famille, du côté de ma femme, est irlandaise. C'est un moment qu'il faut garder, quoi qu'il arrive, et dont on a été un peu privé pendant deux ans avec le Covid. On fera des petits efforts par ailleurs (pour financer)", explique-t-il.

Sa famille a ainsi réservé des billets d'avion low-cost longtemps à l'avance et dit faire fait des efforts sur l'alimentation. Claire fait aussi des sacrifices, sur les loisirs et les sorties. "Je dépense peut-être un peu différemment, mais les projets de vacances sont vraiment incompressibles. Je pioche dans mes économies mais je tiens à partir" nous confie-t-elle.

77% des vacanciers envisagent de partir en France. Chez des proches, mais aussi dans des gîtes. Une bonne nouvelle pour le site de location Particulier à Particulier, dirigé par Corinne Jolly.

"La tendance pour le moment est plutôt encourageante, avec un niveau de réservation qui est de +35% par rapport à la période pré-Covid. Le sujet de ces vacances reste le budget plus que la destination", assure-t-elle.

"Tous les territoires intéressent les vacanciers, pas uniquement les littoraux ou la montagne", confirme le ministère du Tourisme.

Jean-Pierre Mas, président du syndicat des entreprises du voyage, vient temperer ces ardeurs ce mercredi sur RMC. Il estime que ces intentions de départ Noël sont "plutôt une bonne nouvelle", mais prévient: "Il faut faire attention. Je ne partage pas tout à fait cette euphorie, parce que c'est du déclaratif. L'intention ne se concrétise pas forcément en départ", nuance-t-il.

Nicolas Traino et J.A.