RMC

Pourquoi les ménages modestes dépensent plus au quotidien que les ménages aisés

Selon une étude, de l'association Action Tank Entreprise et Pauvreté, un ménage modeste subit en moyenne un surcoût annuel de 1.536 euros pour ses dépenses du quotidien, par rapport à un ménage plus aisé.

Les ménages les plus modestes dépensent souvent davantage que des ménages plus aisés. C'est ce montre une étude de l'association Action Tank Entreprise et Pauvreté et du BCG pour La Banque postale. Les ménages qui ont le moins de moyens doivent en effet s’acquitter de surcoûts pour de nombreuses dépenses du quotidien.

En matière de logement par exemple, ils disposent de plus petites surfaces, dont le prix au mètre carré est plus cher. Ça représente un surcoût de 13% en moyenne.

Pour le transport, les foyers précaires utilisent des voitures plus anciennes, qui consomment plus de carburant, coûtent plus chers à l’entretien, ce qui alourdit ce poste de dépense de 17% en moyenne.

Un surcoût annuel de 1.536 euros

En ce qui concerne l'électroménager, les ménages modestes dépensent en moyenne 28% supplémentaire pour laver du linge, de fait d'équipements moins performants, plus énergivores ou de l'utilisation d'une laverie.

Et puis il y a tous les problèmes, par manque d’information parfois, d’assurances ou de services bancaires mal calibrés.

Au total, un ménage modeste aux dépenses moyennes subit un surcoût annuel de 1.536 euros, qui peut être réduit à 100 euros grâce aux aides sociales, selon les calculs de cette étude. Ça représente presque 9% des dépenses. Sauf que ces aides ne sont pas censées compenser ces surcoûts, mais permettre au contraire d’augmenter un pouvoir d’achat plus faible que la moyenne des Français.

Emmanuel Lechypre