RMC

Taux en hausse, banques frileuses... Pourquoi est-ce si difficile d'obtenir un prêt immobilier?

Le marché de l’immobilier continue de faire grise mine ces derniers mois. La faute à des taux d’intérêts qui continuent d’augmenter, et des banques frileuses qui ne souhaitent plus prendre de risques. Au grand dam des nouveaux acheteurs.

De plus en plus d’acheteurs ne s’y retrouvent plus. Alors que les taux d’intérêts pour les prêts immobiliers explosent, les banques deviennent aussi de plus en plus réfractaires à l’idée de prêter d’importantes sommes d'argent pour effectuer un achat.

Avec 7.000 euros de revenus à deux, et un appartement d’environ 400.000€ à financer, Wassim et sa femme imaginaient facilement trouver un crédit. Le francilien contacte sa banque et là, surprise…

“On m’a dit qu’ils ne faisaient plus de crédit en-dessous de 600 000€. D’ailleurs, ils m’ont dit qu’en ce moment, s'ils donnent un crédit, ils perdent de l’argent. On était plutôt étonnés, parce que je m’attendais à avoir des conversations où je pourrais négocier, avoir plusieurs offres, comparer…”, nous raconte Wassim.

Dans une autre banque, on lui demande un apport conséquent, le projet tombe aussi à l'eau. Wassim et sa compagne n’avaient clairement pas anticipé ces obstacles. “Les retours que l’on avait en début d’année, dans mon entourage, étaient des situations plus compliquées que nous et ils avaient réussi à négocier des taux très intéressants”, déplore l’acheteur.

Malgré la bonne situation financière du couple, tout a changé en quelques mois du côté des banques, selon les explications d'Olivier Landrevie, le président du courtier CAFPI.

“Si elles se contentent de faire un calcul financier direct, aujourd’hui elles n’ont plus intérêt à faire du crédit immobilier. Les banques sont plus sélectives qu’elles ne l’étaient, à la fois sur le niveau de revenus mais aussi par rapport à l’apport personnel. On a passé la barre des 20% d’apport personnel”, décrit Olivier Landrevie sur RMC.

Taux d'usure et assurance

Cette situation morose se traduit dans les chiffres. Entre juillet et août 2022, les prêts octroyés en France ont chuté de 35% comparé à 2021.

Du côté des taux d’intérêts pour les emprunteurs, Maël Bernier, la porte-parole du site meilleurtaux.com, explique qu’en l’espace d’un an, “on est passé d’un taux de 1% à plus de 2,3% sur 20 ans en moyenne. C'est une hausse extrêmement rapide".

Cependant, Maël Bernier explique aussi que "les banques resserrent clairement la vis sur les emprunts, mais pour des questions légales, en raison du taux d'usure, le taux maximum à ne pas dépasser, qui est de 3,05 % en ce moment. Ce taux est décorrélé du marché. Jusqu'à janvier, cela ne va pas bouger".

Pour rappel, le taux d’usure correspond au taux annuel global maximal au-dessus duquel une banque ne peut pas prêter. Si habituellement, ce taux est plutôt protecteur pour les emprunteurs, il l’est moins en période de remontée rapide des taux, comme c’est le cas aujourd’hui.

La question de l’âge des emprunteurs est aussi en jeu selon la porte-parole de meilleurtaux.com. “À partir de 40-45 ans, les assurances coûtent plus cher, c'est pour cela que ça complique beaucoup de dossiers actuellement. (...) Malheureusement ce sont des gens qui sont totalement finançables, à des endettements tout à fait supportables, mais juste car ils ont plus de 45 ans leur dossier est refusé ”, précise-t-elle.

Optimisme chez Century 21

Du côté des professionnels de l'immobilier, comme pour le président de Century 21 France, on préfère voir le verre à moitié plein. Selon Charles Marinakis, "il y a encore de l'activité et 2022 va rester une année très satisfaisante en dépassant le million de transactions (après une année 2021 exceptionnelle avec 1,8 million de transactions). Ce n'est pas un marché en récession, loin de là".

S’il "vaut mieux être riche et jeune" pour accéder à un crédit immobilier concède Charles Marinakis, il estime qu’il y a "encore de quoi acheter en France, sans problème".

D’ailleurs, "les prix baissent clairement, gentiment, mais il n'y a pas de rupture sur le marché immobilier. Il y a un nécessaire ajustement sur le marché", poursuit encore le président de Century 21 France.

Il faut en tout cas s’armer de courage pour les nouveaux acheteurs à la recherche d’un crédit immobilier décent. Pour ceux qui souhaitent emprunter, le président du courtier CAFPI est de ne pas se décourager, et de faire le tour des banques sans attendre car les taux d'intérêt vont continuer à augmenter dans les mois à venir.

Margaux Boulte, Martin Cadoret et Alexis Lalemant