RMC

"J'ai tout qui me tombe dessus": privés d'aides, les auto-entrepreneurs démunis face à la crise

Selon le "baromètre portail auto-entrepreneur L'Express 2022" que révèle RMC ce jeudi, 44% des entrepreneurs affirment ressentir les premiers effets de la crise énergétique. Sans aide de l'Etat et face à la hausse des prix, notamment de l'électricité, certains se retrouvent en difficulté.

Ils sont trois millions d’indépendants en France et selon le "baromètre portail auto-entrepreneur L'Express 2022" (retrouveztous les résultats du baromètre sur www.portail-autoentrepreneur.fr), ces professionnels se sentent démunis face à la crise. "Sans filet", c'est comme ça qu'ils se décrivent. Selon cette enquête, neuf entrepreneurs sur dix déclarent ainsi ne recevoir aucune aide de l'Etat. Pire, près d'un sur deux (44%) explique déjà ressentir les premiers effets de la crise énergétique.

C'est le cas de Nora, auto-entrepreneuse dans l'événementiel, qui propose une réception clé en main à l'un de ses clients.

“Je n’ai pas pu signer ce contrat-là parce que lorsque je lui ai annoncé la hausse de mes tarifs de 3 à 4% à cause de l’inflation, mon client habituel a préféré comparer mes tarifs avec d’autres”, explique-t-elle.

Prix du buffet, prix de la livraison... tout est jugé trop cher. “Je suis dans un embarras total”, assure-t-elle. Résultat, elle ne touchera pas les 750 euros espérés et doit désormais changer de cible pour continuer d'exister. “Je suis dans l’obligation de trouver d’autres collaborations telles que les mairies, qui sont moins touchées que les restaurateurs. Si j’arrive à décrocher certains contrats, peut-être que j’arriverai à éviter la noyade”, indique-t-elle.

Un étalement des remboursements nécessaire?

Même tracas dans le salon de coiffure de Sylvie. “J’ai l’impression que les prix de l'électricité ont augmenté d’environ 20%, quelque chose comme ça”, juge-t-elle. Pourtant, difficile de faire sans. “On est obligé de laisser allumé, sinon on n'a pas assez de clarté. Et les clients, si c’est sombre, ils ne rentrent pas”, explique-t-elle.

Privée d'aides, cette auto-entrepreneuse croule sous le poids des factures.

“J’ai tout qui me tombe dessus. L'Urssaf personnel, l'Urssaf en tant qu’employeur, et c’est très dur. Et on ne vous donne aucun délai", dénonce-t-elle.

Pour pouvoir s'en sortir, elle aimerait que l'Etat permette d'étaler les remboursements dans le temps.

Alfred Aurenche avec Guillaume Descours