RMC

"Nous avons vécu ces derniers mois des moments difficiles, dont il nous faut savoir sortir", affirme Emmanuel Macron à Bormes-les-Mimosas

RMC
Le président de la République a présidé une cérémonie pour célébrer les 75 ans de la libération de la ville avant de prendre un long bain de foule.

C’est la fin des vacances pour le président de la République Emmanuel Macron. Samedi soir, il a présidé une cérémonie informelle à Bormes-les-Mimosas pour célébrer les 75 ans de la libération de la ville. C’était la deuxième séquence d’hommage présidentiel après celle, cette semaine, commémorant le débarquement allié en Provence. 

Dans son discours, Emmanuel Macron a appelé à se "réconcilier" après les "moments difficiles" des derniers mois. Il a également fustigé "l’esprit de résignation et les petits abandons". Pour Emmanuel Macron, les Français ne doivent pas oublier aujourd'hui "les leçons prodiguées par ceux qui sont arrivés sur les plages méditerranéennes et ont libéré le pays".

"Cette leçon d’héroïsme, nous devons toujours la reparcourir, la remémorer. Notre pays, parfois, se divise et nous avons vécu ces derniers mois des moments difficiles, parfois de violences dont il nous faut savoir sortir. Il y a parfois des bonnes raisons d’être en désaccord et il faut savoir les respecter, il y en a d’autres que l’on peut contester, mais il faut savoir les entendre. Mais il ne faut jamais oublier que quels que soient les désaccords, aux grands moments de notre histoire, nous avons su nous réconcilier pour faire, pour avancer, pour porter un devoir. C’est cette force d’âme qu’il nous faut retrouver", a-t-il indiqué. 

Négociations sur la réforme des retraites à la rentrée

Après la cérémonie, le président s'est lancé dans un bain de foule. Il a notamment été interpellé sur la réforme des retraites, temps fort des mois à venir.

"Il faut qu’à partir d’un certain âge, on repense les tâches, on repense les carrières différemment. Mais je ne vais pas vous dire, on va travailler jusqu’à 72 ans pour l’éternité, ce n’est pas vrai et ce serait irresponsable de ma part. Il y a un vrai dialogue social qu’on doit mener. Mais aujourd’hui il y a des catégories qui sont mal payées, ceux qui soignent, ceux qui éduquent. Ça va être l’objet d’un vrai débat et d’un vrai travail ensemble", a affirmé Emmanuel Macron. 

Les négociations avec les syndicats et le patronat sur la réforme des retraites doivent débuter le 5 septembre. 

La rédaction de RMC