RMC

"On se battra": à Abbeville, des manifestants déjà mobilisés contre la réforme des retraites

À Abbeville, quelques manifestants n'ont pas attendu très longtemps après les annonces d'Élisabeth Borne pour descendre dans la rue dénoncer le projet de réforme. Pour eux, il faut que la mobilisation prenne le plus vite possible.

Près de 6 Français sur 10 (59%) sont opposés à la réforme des retraites annoncée par Élisabeth Borne. Les actifs sont opposés à cette réforme à 67%, tandis que les retraités y sont favorables à 60%. Dans la commune d'Abbeville, dans la Somme, les manifestants n'ont pas attendu pour se mobiliser et étaient déjà dans la rue mardi soir.

Au moment où la Première ministre commence ses annonces, Franck est déjà présent sur la place de la mairie d'Abbeville.

“Si je me bouge pas avant même que le couperet ne tombe, je ne le ferai jamais”, indique-t-il.

Sur la place, une cinquantaine de manifestants, la plupart sous étiquette syndicale, membres de partis de gauche, ou des “gilets jaunes”, sont présents. Tous veulent l'abandon de la réforme, comme cet intérimaire dans le BTP qui ne se voit pas travailler jusqu'à 64 ans. “Le matin, on ressent le poids de l’âge, on a des courbatures. Le soir, on est fatigué. On ne profite même pas de la vie”, appuie-t-il.

Un retour en force des "gilets jaunes"?

Ce n'est aujourd'hui que le début de sa mobilisation. “On sera là demain, après-demain, on sera là tous les jours jusqu’à ce qu’ils comprennent que le peuple en a ras-le-bol”, assure-t-il.

Ce premier rassemblement en appelle d'autres. Mais le co-organisateur Christophe Lefebvre aurait espéré plus de monde. Il est à la fois membre de La France insoumise et “gilet jaune”, et espère que le mouvement de contestation va vraiment se lancer.

“Le mouvement des ‘gilets jaunes’ s’est un peu épuisé par le temps, par la fatigue. Il faut qu’on soit toujours présent et qu’on montre qu’on est là, qu’on se battra jusqu’au dernier moment”, pointe-t-il.

Il appelle les “gilets jaunes” à suivre les mobilisations syndicales partout en France.

Kévin Gasser avec Guillaume Descours