RMC

Pénibilité: "Les cheminots partent à la retraite à 60 ans et sont en bonne santé jusqu'à 63 ans"

Le gouvernement doit présenter son projet de réforme des retraites. Et si l'allongement de l'âge de départ à 64 ans inquiète, certaines professions attendent des gestes sur la pénibilité.

Deux ans de plus. Le gouvernement, qui présente ce mardi son projet controversé de réforme des retraites, devrait annoncer l'allongement de l'âge de départ, de 62 aujourd'hui à 64 ans, après avoir envisagé de le porter à 65. L'exécutif, qui s'attend déjà à une rentrée sociale compliquée, doit également évoquer le futur des régimes spéciaux et pourrait faire évoluer les critères de pénibilité.

Sur ce sujet, le gouvernement pourrait réintroduire certains critères supprimés en 2017 comme le port des charges lourdes. Car ils sont nombreux à s'inquiéter de cette réforme. "Mes collègues, ils partent à la retraite à 59-60 ans et sont en bonne santé jusqu'à 63 ans", alerte ce mardi sur le plateau des "Grandes Gueules" le cheminot et syndicaliste Bruno Poncet.

"Ça veut dire qu'ils vont travailler 43 ans avec la réforme, toucher 1.200 euros s'ils ont leur retraite complète, pour en profiter vraiment trois ans", déplore-t-il.

"C'est un allongement, un empilement", estime de son côté Marie-Anne Soubré sur RMC et RMC Story. "Continuer jusqu'à 64 ans, je peux, je suis au chaud, je n'ai pas un métier pénible", assure l'avocate. "Mais il ne faut pas que ces 64 ans soient obligatoires pour tous", ajoute-t-elle.

Vers une mobilisation nationale le 19 janvier?

Selon nos informations, le gouvernement serait prêt à faire un effort particulier pour les métiers de la santé, en grande souffrance. "Cette réforme est particulièrement injuste car les caisses de retraite sont bénéficiaires", ajoute Bruno Poncet, qui estime que ce n'est pas le bon moment pour réformer le système.

"Je pense qu'on pouvait s'épargner la colère à venir. On est en train de mettre de l'huile sur le feu dans un moment où la solidarité nationale devrait fonctionner à plein bloc. Et la solidarité nationale, elle va fonctionner mais contre cette réforme, ça va agglomérer toutes les colères", anticipe-t-il.

Des manifestations sont déjà envisagées un peu partout en France à l'appel de plusieurs syndicats. Dans la foulée des annonces, huit syndicats ont prévu de se réunir à la Bourse du travail à Paris. Une mobilisation nationale pourrait avoir lieu le 19 janvier.

G.D.