RMC

Réforme des retraites: qui seront les premiers Français à en subir les conséquences?

Le gouvernement présente ce mardi son projet de réforme des retraites, qui pourrait conduire les Français nés à partir du second semestre 1961 à devoir décaler leur départ à la retraite à partir de 2023.

Qui seront les malchanceux de la réforme des retraites à venir? Le projet du gouvernement doit être dévoilé ce mardi, avec une sixième refonte du système en trente ans. Cette dernière vise, comme les précédentes, à équilibrer un système en déficit, et freiner les dépenses publiques, tout en finançant des contreparties, mais aussi d'autres priorités comme l'école ou la santé.

Cela signifie que le départ à la retraite devrait être repoussé pour certains Français, dès cette année. Le texte devrait prévoir de repousser l'âge légal de départ à la retraite progressivement de quatre mois chaque année jusqu'à atteindre 64 ou 65 ans en 2031. Si la réforme entre en vigueur à la fin de l'été 2023, la première génération concernée pourrait ainsi être celle née au second semestre 1961.

Cette génération verrait l'âge légal de départ à la retraite être repoussé progressivement. Ainsi, pour un départ en 2023, l'âge légal passerait de 62 ans à 62 ans et 4 mois.

"J'ai l'impression qu'on me brise les ailes"

La date était pourtant cochée, le 1er novembre 2023, pour Valérie, qui devait prendre sa retraite après 42 ans de bons et loyaux services dans le tourisme. Mais avec la réforme, elle va devoir attendre trois mois de plus.

"J'ai l'impression qu'on m'a brisé mes ailes. Je suis là, je me pose des questions la nuit. Qu'est-ce que je vais devenir?"

Surtout que cette ancienne cadre se retrouve au chômage depuis lundi. A 62 ans, elle appréhende de devoir continuer à travailler. "Tous les jours comptent. Tous les jours, c'est de plus en plus dur physiquement", souffle-t-elle, avançant également des problèmes de santé.

Mathieu Plane, directeur adjoint du département analyses et prévisions de l'OFCE, et invité de RMC ce mardi matin, confirme que certains vont y perdre avec cette réforme.

"Ceux qui perdent, ce sont les actifs, qui vont devoir travailler plus longtemps, notamment ceux qui ont commencé à travailler plus jeunes et qui auraient pu partir à 62 ans, à taux plein. C’est cette catégorie d’âge qui a commencé à travailler vers 18-20-21 ans, qui aurait pu partir à la retraite dans le système actuel", explique-t-il.

Un million de Français concernés par un départ différé?

Même désillusion pour Bernard, qui avait fait ses cartons pour 2023. "Je devais aller vivre ailleurs. C'était une des premières choses que j'allais faire", explique-t-il. Quitter l'Anjou pour le bord de mer, c'était le projet de famille de cet informaticien, qui devait partir en retraite fin 2023.

"Quand vous arrivez à 62 ans, vous comptez un peu le nombre d'années en bonne santé qu'il vous reste, et on vous enlève 3 ou 4 mois...", note-t-il.

Comme eux, près d'un million de Français seront concernés dès cet été par ce départ différé.

Alfred Aurenche (édité par J.A.)