RMC

Pour les trentenaires, la retraite est un mélange de fantasme et d'inquiétude

-

- - -

Qu'elle soit lointaine ou proche, notre retraite fait partie de nos principales préoccupations: les plus âgés s'interrogent sur leur pension, quand les plus jeunes se disent qu'ils n'en auront jamais. Une angoisse qu'aborde avec humour le journaliste Quentin Périnel dans son livre Vivement la retraite, un guide à usage des futurs néo-retraités.

Quentin Périnel, journaliste au Figaro et auteur de Vivement la retraite (éd. Flammarion), un "agenda" humoristique à destination des futurs néo-retraités. Il a 27 ans.

"Le fait que quelqu'un de 27 ans fasse un livre sur la retraite cela peut paraître déroutant, mais c'est parti d'un constat tout bête: quand les personnes de ma génération s'amusent à dire 'vivement la retraite', c'est parce qu'on n'a pas beaucoup d'espoirs d'avoir une retraite. On partira en retraite surement très tard et avec une pension ridicule.

C'est à partir de 45 ans que les Français commencent à y penser très sérieusement. Mais pour notre génération, celle des trentenaires, c'est un mélange de fantasme et d'inquiétude. Attention, ce n'est pas une obsession, on est bien conscients et bien heureux d'avoir pleins de choses à faire aujourd'hui. Mais il y a ce gros point d'interrogation: quand partirons-nous en retraite? A quoi cela va ressembler ? Est-ce que cela s'appellera toujours retraite, d'ailleurs?

"Pourra-t-on jouir de la retraite comme nos parents?"

A l'heure où l'on parle de revenu universel, où de plus en plus de retraités sont obligés d'avoir une activité annexe pour continuer à gagner leur vie, par besoin ou par plaisir, il y a une crainte, c'est sûr. Est-ce qu'on pourra se permettre de n'avoir aucune activité et de profiter de notre retraite comme nos parents? C'est une question qui se pose.

Il est d'ailleurs intéressant de noter que quand on tape le mot 'retraite' sur Google, on ne tombe que sur des liens pour calculer sa pension, connaître son montant. Des sujets statistiques très sérieux. On ne parle pas, finalement, de l'aspect un peu plus psychologique du départ à la retraite. Pourtant, c'est une année charnière où tout change radicalement."

Futurs retraités, voici 6 choses auxquelles vous n'échapperez pas

Dans son livre Vivement la retraite, le journaliste Quentin Périnel, aide avec humour les futurs néo-retraités à bien aborder ce "moment charnière" et distille quelques conseils. Florilèges:

J-60 jours: le dilemme au bureau, "faut-il travailler ou glander?"

Le pot d'adieu avec les collègues: "dois-je inviter toute la boîte?"

Le cadeau de départ: "tablette? soin en institut? ou paire de chaussettes en laine aux motifs Jacquard?"

Le mail d'adieu: "Ne vous leurrez pas, il paraîtra forcément faux et superficiel".

Une fois retraité, "oublier le jargon corporate et réapprenez à parler Français"

J+300: "Vous rêvez du travail"

Propos recueillis par Philippe Gril