RMC

Création de nouveaux mouvements chez les socialistes: "cette vieille France, on n’en veut plus"

Benoît Hamon d’un côté et Taubira, Aubry, Hidalgo de l’autre, lancent deux nouveaux mouvements pour redresser la gauche. Des initiatives qui ressemblent plus à du "recyclage" pour la Grande Gueule Pascal Perri.

Les divisions se multiplient au Parti socialiste. Après les ralliements à Emmanuel Macron en vue des législatives, de nouveaux mouvements sont créés par certains cadres du parti comme Benoît Hamon et Martine Aubry. Pour la Grande Gueule Pascal Perri, il ne s’agit ici que de "recyclage" et ces mouvements n’ont rien d’innovant.

"Le PS est fragmenté sur le plan idéologique. On est plus que dans le recyclage avec Aubry, on est dans le retraitement. Elle est maire de Lille et la région sur laquelle elle a eu une responsabilité est totalement passée à droite ou à l’extrême droite. Madame Aubry a échoué sur toute la ligne. Des 35 heures jusqu’à la gestion de son propre périmètre électoral, on ne peut pas dire qu’elle incarne un courant nouveau. Il y a surement des jeunes au Parti socialiste et des gens qui peuvent apporter un renouvellement du débat et des visages. Franchement à droite comme à gauche, cette vieille France on n’en veut plus. Je comprends qu’ils aient tous envie de survivre et de proposer leurs services, mais franchement non. Leur temps est passé".

Pour rappel, les maires socialistes de Paris et de Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, l'ex-Garde des Sceaux Christiane Taubira, des intellectuels et artistes, ont lancé mercredi "Dès demain", un "mouvement d'innovation" ouvert à "tous les humanistes qui croient encore en l'action". De son côté, Benoît Hamon a annoncé mercredi qu'il lancerait le 1er juillet un mouvement "large, transpartisan", afin de "reconstruire la gauche", sans pour autant quitter le Parti socialiste.

Les Grandes Gueules avec A. B.