RMC

Projet de réforme des retraites: qui sont les gagnants et les perdants?

Le gouvernement a présenté son projet de réforme du système de retraites ce mardi, avec des gagnants, des perdants, et d'autres pour qui rien ne change.

Les dés sont jetés ! Le gouvernement a présenté ce mardi son projet de réforme des retraites. Une réforme qui fait forcément des gagnants et des perdants.

Les perdants, avec le système proposé, ce sont le gros des troupes: les ouvriers et les employés qui n’ont droit à aucun dispositif particulier sur la pénibilité ou les carrières longues. Cela concerne également les bénéficiaires des régimes spéciaux qui vont devoir cotiser plus longtemps et partir plus tard.

Il y a également ceux qui commenceront à travailler à 20 ans, qui devront cotiser 44 ans au lieu de 43 pour tout le monde. D'autres perdants: ceux qui devaient partir en septembre 2023, qui vont devoir repousser leurs projets. Il faudra qu'ils patientent un petit peu (3 ou 4 mois de plus selon les cas).

Les retraités gagneront plus

Il y a quand même des gagnants, notamment les petites retraites qui ont des carrières complètes. Ils toucheront avec ce projet au minimum 1.200 euros, ce qui représente 2 millions de personnes (artisans, commerçants, agriculteurs)

Les futurs retraités: sur les 700.000 qui partent chaque année, 200.000 gagneront plus au moment de partir en retraite. Les carrières hachées, avec le congé parental, seront mieux prises en compte, les femmes seules notamment.

Les salariés des métiers pénibles, dont "l’usure" est tout de même mieux prise en compte avec des critères abaissés, et un fonds de prévention d’un milliard d'euros. Il y aussi ceux qui cumulent un emploi et une retraite, ils sont 400.000 et il faut savoir qu'ils pourront à nouveau profiter d'une revalorisation de leur pension.

Et il y a ceux pour qui rien ne change, comme les salariés aux carrières continues et ascendantes qui sont rentrés tard sur le marché du travail en raison des études, et qui pour avoir tous leurs trimestres devaient déjà aller au-delà de 64 ans.

Emmanuel Lechypre (édité par J.A.)