RMC

Rentrée des classes compromise à Mayotte: "C'est le flou artistique le plus total"

La rentrée des classes semble compromise à Mayotte, où les barrages érigés pour protester contre l'insécurité empêchent les habitants de se déplacer. La ministre des Outre-mer Annick Girardin, est attendue sur l'île ce lundi.

Le 101e département français est secoué par une grève générale contre l'insécurité, notamment aux abords des établissements scolaires. Cette contestation populaire est menée par une intersyndicale qui a érigé des barrages, organisé des opérations escargots entre autres. Le syndicat SNES-FSU Mayotte a appelé à la grève générale de tout le personnel scolaire et demande des investissements massifs dans les services publics, tout en refusant de se contenter d'une augmentation des effectifs de police comme réponse à tout.

"Il y a des barrages partout"

"Gréviste ou pas gréviste on ne peut pas sortir, on ne peut pas circuler, il y a des barrages partout", assure Marie-Laure Fragnières, enseignante au lycée de Kahani, qui ne sait pas comment va se dérouler cette rentrée.

"On nous a envoyé un mot nous demandant de faire en sorte de rejoindre l'établissement le plus proche de chez nous pour nous demander d'assurer l'ouverture des services publics. Est-ce que je vais me rendre au collège à coté ? je ne sais pas, je ne connais pas personne, qui vais-je voir à qui je vais m'adresser ? C'est le flou artistique le plus total", explique-t-elle.

"Les transporteurs scolaires sont en grève"

"La rentrée des classes ne va pas avoir lieu car il y a un certain nombre d'écoles qui sont fermées à l'initiative des maires. De plus les transporteurs scolaires seront en grève. D'autres part les agents, les enseignants d'établissement scolaires ne se déplacent pas en raison des barrages sur l'ensemble de l'île. Les cours ne reprendront pas normalement avant quelque temps", explique Henri Nouri, secrétaire départemental du FSU Mayotte.

Annick Girardin la ministre des Outre-mer est attendue à Mayotte ce lundi. En ce jour de rentrée scolaire, la ministre des Outre-mer tentera d'apaiser le mouvement de contestation qui touche l'île depuis le 20 février.

Thomas Diego Badia (avec G.D.)