RMC

Inès, grièvement blessée dans l'explosion à Paris: "C'est vraiment dur, je n'arrête pas de pleurer tous les jours"

TÉMOIGNAGE RMC - Une cinquantaine de personnes ont été blessées par la violente explosion survenue samedi dans le centre de Paris. Parmi eux, Inès, une étudiante qui travaillait dans un hôtel de la rue.

Sa maman, fidèle auditrice de RMC, avait contacté le 32.16 d'RMC pour apporter un témoignage glaçant: sa fille, Inès, est l'une des victimes de la rue de Trévise, où a eu lieu début janvier une forte explosion.

La jeune femme de 22 ans travaillait à l’Hotel Mercure lors de l'explosion. Au téléphone avec Jean-Jacques Bourdin, Dounia, sa mère, confiait alors que sa fille ne marchera plus: "Une porte a broyé ses jambes". Pourtant quelques jours plus tard, c'est avec émotion que sa maman a remercié l'équipe de l'hôpital: la jeune femme avait retrouvé une partie de l'usage des ses jambes.

Sur RMC, ce mardi, Inès a confié son combat à l'hôpital pour se reconstruire. Toujours en soins intensifs, la jeune étudiante parisienne confie que "C'est vraiment dur, je n'arrête pas de pleurer tous les jours. Je n'arrête pas de me demander: 'pourquoi moi?', 'pourquoi je suis ici?', 'pourquoi je ne marche pas?'... Des fois, je craque, j'ai envie d'arracher les machines, de me tuer des fois. Je n'ai pas l'habitude d'être à l'hôpital. Et ça me fait mal". 

"J'ai récupéré ma jambe droite, j'arrive à la lever et à bouger le pied. Mais elle n'est pas intacte, on va me faire une greffe de peau. Quant à ma jambe gauche, elle est morte. Je ne ressens rien. J'arrive à bouger les orteils, ce qui est un bon signe" souffle-t-elle. 

Inès est revenue sur l'explosion et comment elle s'est retrouvée coincée malgré elle: "Avec l’explosion, j'ai traversé la porte de l'hôtel et ensuite elle m'a broyée les jambes. La seule chose que j'ai pu cacher c'est mon visage".

Xavier Allain