RMC

Interdiction des terrasses chauffées: pourquoi un patron de café refuse de respecter la règle

Les chauffages sur les terrasses sont interdits depuis le 19 novembre à Lyon. Mais ce restaurateur a décidé de ne pas respecter cette règle au risque de voir sa terrasse fermer.

Un patron de café de Lyon a décidé de faire de la résistance contre la politique de sa ville. En effet, depuis le 19 novembre, les cafés n’ont plus le droit de chauffer leur terrasse avec des braseros ou des radiateurs.

Pourtant, Christophe Cédat, patron du café 203, a décidé de ne pas se plier à cette décision de la mairie écologique.

“On a estimé qu’en pleine crise sanitaire, enlever ces chauffages était une ineptie. En effet, d’un point de vue sanitaire, il y a des gens qui ont peur d’entrer à l’intérieur, donc la terrasse est une opportunité pour eux. Ensuite, d’un point de vue économique, on perd 30% de notre activité si on n’a pas ces chauffages parce que même l’hiver, on a des terrasses qui sont remplies. Et puis sur le plan environnemental, on estime qu’il faut effectivement faire attention et c’est pour ça qu’on a installé des interrupteurs individuels que les clients activent ou non”, explique-t-il ce mardi matin sur RMC.

Selon lui, la mairie se montre plutôt “menaçante”. “J’ai l’impression qu’ils s’inspirent du modèle chinois, ils me menacent de supprimer ma terrasse comme d’habitude. C’est à la fois une écologie très punitive, pas du tout de dialogue, on ne cherche pas à savoir ce qui se passe. Ils ont fait des calculs basiques ce qui est ridicule puisque aujourd’hui, nos chauffages ne marchent que quand il fait vraiment froid et que quand les gens le veulent”, insiste-t-il.

"Nous sommes les boucs émissaires de la crise sanitaire"

Ce n’est pas la première fois qu’il entre en "désobéissance civile”. Selon Lyon Capitale, “en 2008, il avait déjà fait parler de lui, car il continuait à autoriser la consommation de tabac dans son restaurant. Plus récemment, son établissement avait été fermé administrativement par la Préfecture du Rhône, car celui-ci continuait de servir les clients après le premier confinement”.

“De toute façon dans la vie, il faut toujours prendre le risque. Nous les cafés, nous sommes dans la prise de risque permanente. Nous sommes les boucs émissaires et les faire valoir de la crise sanitaire. On est des endroits où il y a de l’alcool, du sucre et du gras. Il y avait de la fumée, on a mis les fumeurs dehors”, dénonce-t-il sur RMC.

>> A LIRE AUSSI - Terrasses chauffées interdites à Rennes: "Il y a une inquiétude économique" s'inquiète ce gérant d'un restaurant

Au niveau national, les braseros et autres radiateurs seront interdits sur les terrasses des cafés et restaurants à partir du 31 mars 2022.